Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 19:55

On avait perdu l’habitude de voir autant de pluie tomber avec tout ce que cela comporte de fossés qui débordent, de zones inondées,…

A en croire les statistiques de Jean-Michel, il faut remonter à 1994 pour trouver un mois de Janvier aussi pluvieux, au moins à Pauillac.

Il y a 20 ans (déjà 20 ans !...), on avait eu 180 mm dans le mois.

Ce soir, on en est à 177 mm et il reste encore deux jours. Pour donner une idée la moyenne annuelle de précipitation dans cette petite région est de l’ordre de 880 mm.

Tout cela nous replonge dans la réalité du climat et sa compréhension sur des durées plus importantes que les seules dernières années.


Quand nous étions jeunes, on avait l’habitude de voir l’eau envahir les quais de notre ville de Sainte-Foy la Grande. Puis, c’est devenu un vieux souvenir jusqu’au moment où la nature nous rappelle que tout est cyclique.

Pour le moment, la vigne ne souffre pas de cette situation peu banale. Seuls quelques arbres déjà penchées, tombent car leur racines trop superficielles se retrouvent dans une terre transformée en boue et donc incapable de les retenir.

La question que se pose le vigneron est de savoir que sera le reste du millésime. Je ne vais pas faire une réponse de Normand mais plutôt donner deux « évolutions » différentes de mois de Janvier à 180 mm de pluie.

En 1994, il y avait eu 208 mm, en septembre à Pauillac ; avant et pendant les vendanges.

En 1978, c’est seulement 56 mm de pluie pour les 3 mois cruciaux, Aout, Septembre et Octobre.


D’après vous, si j’avais à choisir, quel scénario je prendrais ???

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche