Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 17:32

Comme je l’avais annoncé, nous avions la mise en bouteilles en début de cette semaine.

C’était donc un moment important dans l’année pour moi et une page (de plus) qui se tournait pour mes vins et les relations que j’entretiens avec eux.

Signe de temps qui ne sont pas les plus fastes, le personnel du prestataire s’est particulièrement resserré depuis la dernière fois. Il est maintenant réduit aux salariés permanents. Exit les intérimaires.

Chez l’imprimeur, c’est un peu la même tendance à la morosité. Il y a encore peu de temps, il fallait supplier pour avoir des étiquettes dans un délai acceptable. Maintenant, on peut même être livré en fin de semaine en ayant commandé le lundi ou le mardi.

Sinon, comme toutes les fois ou presque, j’ai eu droit à un contrôle « Qualibordeaux », c’est-à-dire un prélèvement pour dégustation en vue de l’obtention de l’appellation.

J’en ai déjà parlé ici-même plusieurs fois car à l’origine, lors de la réforme des appellations, on devait avoir en moyenne un contrôle tous les 5 ans. C’était destiné à simplifier les procédures pour obtenir l’AOC. Simplification à la française qui se solde par une explosion des coûts et une usine à gaz à faire pâlir l’administration soviétique.

Mais, pour ma part, c’est le contraire des objectifs initialement annoncés. Je ne suis pas contrôlée une année sur 5. Les autres 4 années, j’y ai droit !

Faut-il en rire ou s’en offusquer ? Mon avis diverge selon les moments.

Mais il est sûr que cela donne envie de quitter l’AOC.


Le plus intéressant, c’est justement que le vin contrôlé et mis en bouteilles ce début de semaine est déjà entièrement retenu. Il ne me reste pas une bouteille disponible ; même pas pour nous !

Et encore, je n’ai dit à personne que le vin allait se retrouver en bouteilles.

Pour peu que les résultats tardent à venir, il sera physiquement parti du domaine.

Combien de « petits bordeaux » peuvent afficher de tels résultats ? Pourtant, c’est moi qu’on contrôle !

Va comprendre…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche