Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2014 7 02 /03 /mars /2014 17:02

Il y a des moments dans la vie qui rencontrent une chanson. J’ai longtemps pensé que New-York était un endroit que je ne verrai jamais ; trop grand, trop urbain, trop loin de moi.

Pourtant, mon vin y est distribué depuis de nombreuses années par Savio Soares. Il m’a très souvent proposé d’y aller parler de mes vins mais je n’avais jamais franchi le pas. Il faut dire que pendant longtemps, le simple prix d’un billet en solde permettait de faire vivre la famille pendant quelques semaines ou d’acheter quelques équipements ou matériels indispensables au quotidien à la bonne marche de mon petit domaine. Heureusement, les choses se sont améliorées et quand on m’a proposé il y a quelques mois de faire le voyage pour parler de mon travail et de ma vie, j’ai dit oui sans réfléchir.

Puis, en repensant à la fameuse chanson du groupe Téléphone, j’ai suggéré à Jean-Michel qui serait bien qu’il quitte pour quelques jours son cher Pontet-Canet pour m’accompagner. Histoire de pouvoir dire, un jour j’irai à New-York avec toi.

A ma grande surprise, il a accepté ! Le voyage fut court, surtout professionnel et bien rempli.

Savio et sa très efficace petite équipe avait organisé une dégustation des vins des producteurs avec qui ils travaillent pour 250 de leurs clients professionnels.

L’endroit était magnifique au sommet d’un hôtel, dans un espace qui n’avait cependant jamais reçu de dégustation de vins. Pourtant, on aurait dit que les deux étaient faits pour se rencontrer.

Comme plus de 20 autres producteurs européens, j’ai servi mes verres et expliqué à des américains toujours attentifs et polis quelle est ma vie de vigneronne et pourquoi mes vins sont ce qu’ils sont.

Etant déjà des clients de Savio, la plupart des participants connaissaient déjà les vins ou au moins une partie de ma petite gamme. Mais, le fait de pouvoir associer une personne à des bouteilles que l’on connait est toujours un plus indéniable dans la future promotion d’un vin.


Mis à part Savio que j’avais déjà rencontré une fois, je ne connaissais les membres de son équipe que par messagerie électronique. Cette rencontre fut aussi une bonne occasion de mettre des visages sur les prénoms. Je pense qu’ils auront mieux compris qui nous sommes et la sincérité qui est la nôtre dans ce métier de vigneron que nous pratiquons avec des idées différentes de la norme locale.

Cette manifestation fut un beau succès. Aucune fausse note n’a altéré l’évènement.

Un jour j’irai à New-York…
Un jour j’irai à New-York…
Un jour j’irai à New-York…

Nous avons pu y rencontrer d’autres vignerons qui naturellement sont devenus pratiquement des amis et que nous reverrons prochainement, je l’espère.


Evidemment, on en a profité pour faire quelques balades dans cette ville mythique et verticale. Heureusement, la neige de la semaine précédente avait fondu ; ce qui n’est pas si mal. Pourtant, il faisait terriblement froid avec un vent glacial.

Un jour j’irai à New-York…

Pour être sincère, j’avais quelques réticences en partant. J’étais à la fois excitée et angoissée d’aller à un endroit si différent de moi.

Au retour, mon avis est plus nuancé. Clairement, New-York n’est pas chez moi. Mais je me suis découvert un certain attachement à cette ville si particulière.

Cela me donne envie de répondre « présente » lors de la prochaine sollicitation.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sylvain Lachance 07/03/2014 00:45

Il est parfois difficile de sortir de cette fameuse zone de confort et un coup fait il est intéressant de faire ces rencontres qui ont toujours été aveugle (courriel, vocal) . Alors bravo pour y être aller de l'avant et pour ce beau partage . merci!

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche