Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 16:48

Je suis de plus en plus surprise de constater que la première question que souvent les gens posent en arrivant dans un domaine viticole, ce n’est pas quel est le terroir mais qui est l’œnologue conseil ou le « winemaker ».

Effectivement, en quelques années ou peu de décennies, les vignerons ont pris l’habitude de déléguer les décisions en matière de vinification, assemblage et même gestion du vignoble à des gens de l’extérieur. Ces personnes, souvent pressées et qui ne passent que quelques heures par an sur les domaines qu’ils conseillent, impriment leur marque dans les vins.

Ce n’est plus vraiment le vigneron qui signe le vin mais son conseiller.


Dans certains cas, ce n’est plus un mais deux, voire même trois conseillers différents qui interviennent sur le même site. Chacun tente alors d’imprimer sa patte.

Parfois même, le conseiller crée autour de lui une sorte de club composé des domaines qu’il conseille et organise des dégustations dont finalement le thème est lui-même ; excusez du peu…

C’est la négation suprême de l’identité individuelle puisque le cru est réduit au rôle de faire-valoir du conseiller. Le vin n’existe alors que parce qu’il a été élaboré sur les instructions du conseil. Souvent, celui-ci ne connait pas forcément le vignoble pour ne le parcourir furtivement que pendant les vendanges.

Pourtant qui est mieux placé que le vigneron pour connaitre son terroir, son vignoble et sa propre relation avec son domaine ?

Pour trouver sa verticalité, la vigne a besoin d’un vrai parent, le vigneron. C’est le seul que la vigne connait car c’est lui qui est dans la vigne jour après jour.

Mais il faut aussi d’une certaine constance dans la direction qui va être donnée. Assumant les bons et les mauvais moments, seul le vigneron a la capacité de fixer un cap pour que la vigne ne se retrouve pas prise dans une partie de ping-pong en changeant d’un jour sur l’autre les choix au gré des modes et des changements de conseil.

Mon vin dans tout ça ? Il n’a jamais vu de conseil ou de « flying-winemaker ».

Il est l’expression d’un endroit interprété par un cépage. Mais c’est sûr, tout comme mes enfants, il porte aussi en lui une partie de moi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche