Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 13:22

En cette période de commémoration du débarquement de Normandie, il est facile d’utiliser l’image du V1 pour bien faire sentir au lecteur combien il convient d’aller vite actuellement dans les vignes avec les levages.

Entre parenthèses, les fusées allemandes V1, véritables missiles avant l’heure, ont tellement marqué leur époque qu’on se souvient encore d’elles 70 ans après en les prenant comme une référence de vitesse absolue ; même si depuis en matière de vitesse, on a fait beaucoup mieux. Certains mythes ont la vie dure surtout quand ils sont tâchés de sang.

Donc, chez nous (et sûrement chez les autres) il faut se dépêcher d’accélérer le rythme car la vigne pousse. D’un jour sur l’autre, on ne la reconnait pas. Parfois, elle pousse tellement vite que les nouvelles feuilles n’ont pas le temps de devenir vertes après s’être développées. Ainsi, les rangs sont dominés par des extrémités de rameaux aux feuilles blanchâtres.


C’est dans ces moments qu’on peut ressentir toute la force végétative de cette plante merveilleuse. Elle est dans son adolescence et explose de toutes parts. Rien ne peut la freiner.

Heureusement, dans quelques temps, elle aura dépassé ce stade pour entrer dans l’âge de raison. Elle construira alors son identité et exprimera avec précision la subtilité de son terroir.

Mais pour l’instant, il faut courir dans les rangs pour relever les rameaux. Heureusement, les soins biodynamiques permettent à la vigne de trouver sa verticalité et de l’exprimer ne serait-ce que dans le port des rameaux. Evidemment et de façon plus palpable pour les consommateurs, on retrouve cette verticalité dans les vins.


Aujourd’hui, en cas de besoin, on pourrait passer traiter, mais demain, ce serait impossible.


On courbe la tête et on fait au plus vite…

Levages à la vitesse V1

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche