Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 14:06

Alors qu’on est dans la dernière ligne droite avant les vendanges, il reste beaucoup de choses à faire dans les vignes pour qu’elles soient parfaites.

Les conditions du mois d’aout n’ont pas été propices au travail du sol car il était difficile de trouver la bonne humidité du sol pour faire un travail efficace. Le mois n’a pas été très pluvieux mais des averses réparties à intervalles réguliers ont maintenu les sols frais.

Maintenant, c’est trop tard pour travailler les sols. S’il pleut sur un sol griffé de frais, l’eau imbibe la terre meuble au lieu de s’évacuer. Elle devient donc facilement accessible aux racines de la vigne et donc aux raisins qui gonflent et parfois se fendent et pourrissent.

Il y a donc de temps à autres une grande herbe à couper.

Le rognage n’étant pas notre spécialité, nos vignes recèlent de branches un peu « hirsutes » qui ont certes arrêté de pousser mais qui méritent parfois d’être remontées dans le palissage.

C’est donc un vrai travail de petites mains. On s’y active. Heureusement, j’ai eu pendant quelques jours, l’aide de ma fille Laure. Ce n’est plus trop fréquent de voir nos enfants dans nos vignes ; mais quand cela arrive, c’est toujours un moment de proximité avec eux ; un moment d’échange aussi.


Les deux souhaitent un jour travailler dans le monde du vin, plus ou moins proches de la production. Et je constate qu’avec l’âge adulte qui arrive pour eux, ils sont de plus en plus en phase avec l’approche sensible du vivant que nous appliquons au quotidien dans notre viticulture exigente.

La biodynamie, ils l’ont vue au début de leurs yeux d’enfants et d’adolescents comme une approche marginale et donc dérangeante car éloignée de la norme confortable.

Maintenant, qu’ils entrent dans la conscience et avec le recul de plus de 10 ans de pratique autour d’eux, ils se rendent compte de l’intérêt et de la pertinence ; d’autant plus face à un modèle « classique » aux lendemains hasardeux.


Encore un petit effort et les vignes seront belles et désirables. Les vendangeurs seront heureux de s’y activer.

Les raisins seront encore meilleurs par tant d’ondes positives autour d’eux !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche