Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 13:07

Les vendanges en blanc 2014 ne sont désormais plus qu’un souvenir ; souvenir de soleil, de grappes saines et sucrées qui collent aux mains. L’idéal !

C’est vrai que malgré une certaine excitation, je n’avais pas encore évacué les stigmates de la campagne précédente où la grêle tombée après seulement deux jours de vendanges avait particulièrement mis à mal notre motivation ; en plus de changer la donne de la récolte.

Cette vendange actuelle, ensoleillée me redonne du punch pour affronter la suite.

Pour le moment, tout va bien dans le chai.

Les jus passent 24h à basse température pour permettre la sédimentation des pulpes et débris divers. Ensuite, ils sont débourbés, c’est-à-dire séparés de ces particules indésirables pour une fermentation optimale et une palette aromatique large et nette dans le futur vin.
La sédimentation se déroule parfaitement.

Pendant ce temps, les raisins rouges continuent imperturbablement leur chemin. Ils sont aidés eux-aussi par la chaleur qui a décidé de nous accompagner depuis le début septembre. Chaque jour qui passe rend les peaux plus onctueuses et les équilibres plus harmonieux.

J’ai profité du calme de dimanche pour faire un tour complet des parcelles et déguster les raisins.

Pendant ce temps, les rouges

Un sécateur à la main, on peut aussi couper les roses fanées en bout de rang.

Pendant ce temps, les rouges

J’aurai maintenant un peu plus de temps pour suivre les derniers jours des Merlot de près et les « prendre » au meilleur moment.

On se dit alors qu’on va repousser d’un jour par rapport à la prévision précédente. Puis, d’un jour supplémentaire puisque finalement le soleil reste avec nous.
Quand ils sont comme cela, les raisins dégagent une impression de sérénité qui me fait toujours chaud au cœur et me fait aussi frissonner dans le dos.

Ils sont beaux tout simplement et on sait tout de suite qu’ils produiront de bons vins.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche