Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 12:43

Nous venons d’appliquer sur nos parcelles le préparât biodynamique qui doit permettre à la vigne de s’endormir dans la sérénité jusqu’au printemps prochain.

Les pulvérisateurs sont ressortis pour la dernière fois de l’année.

Dans les vignes à 1 mètre, c’est mon fils Thomas qui a conduit l’enjambeur. Ayant passé les derniers étés à piloter ce type d’engin à Pontet-Canet, il a une grande habitude et je sais qu’il y prend même du plaisir. Il suffit de le voir chanter dans la cabine pour s’en convaincre !

Je sais aussi qu’il a fait son travail « en conscience », c’est-à-dire avec la volonté vraie que son action soit efficace.

Cela peut faire sourire certains, mais l’intention est la première étape pour que l’action donne des résultats.

Les conditions sèches de ses dernières semaines permettent de pouvoir accéder à nos parcelles argileuses avec la même facilité qu’en plein été. C’est un luxe qu’on ne mesure pas à sa juste valeur car l’été indien que nous venons de vivre a fait durer la saison estivale jusqu’à maintenant alors qu’on est vraiment aux portes de l’hiver.

En général, ce dernier traitement se fait avec des fenêtres très restreintes et souvent même en croisant les doigts pour avoir, d’une part une fenêtre et d’autre part de pouvoir rouler dans les parcelles.

Cette année, rien de cela. On est occupé durant le bon jour du calendrier lunaire ? Pas de problème, on prendra le suivant !

Maintenant, ma vigne peut s’endormir jusqu’au printemps. Elle sait qu’elle bénéficie de tout mon amour !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Voyages oenologiques 02/12/2014 11:16

Votre blog est très plaisant à lire. On suit votre activité à travers ces quelques lignes et on a l'impression d'y être. Merci de nous faire partager votre quotidien ! :)

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche