Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 14:54

Depuis quelques années, nous avons renoué avec la tradition de récolte de légumes dans les vignes.

Dans le passé, en fin d'hiver, les familles de vignerons avaient déjà l'habitude de consommer des poireaux sauvages, appelés "baraganes" dans notre région ou même "poraganes" dans d'autres parties de la région bordelaise.

Malheureusement, elles ont complètement disparu de la plupart des vignobles sous les coups répétés des pesticides et autres engrais chimiques.

Dans notre petit ilot de nature préservée, les baraganes peuvent croître et se multiplier librement!

Il s'agit de petits poireaux qui poussent naturellement dans les vignes labourées. Comme toutes les plantes, leur présence nous renseigne sur l'état du sol et sa composition.

Au-delà de ces considérations bien matérielles, elles constituent un plat de choix en ayant plus de finesse et de douceur que les poireaux "classiques".

Photos-0198-copie-1.jpgJe revois encore la mamie de Jean-Michel, partant avec son panier en osier et sa bèche pour en récolter. Elle en ramenait quelques dizaines qu'elle nettoyait consciencieusement avant de donner les fanes aux poules qui se battaient pour bénéficier de ce butin de choix.

En général, elle les servait bouillies avec un œuf mollet et de la vinaigrette. Mis à part l'huile, tout était produit sur place.

Les œufs ne provenaient pas de n'importe quelles poules car certaines avait la capacité à produire des "œufs doubles", c'est-à-dire à deux jaunes. Ces "originalités" étaient conservées pour nous jusqu'à notre prochain retour en week-end.

Puis, avec l'arrivée des enfants, Thomas et Laure, les bénéficiaires ont bien entendu changé. Pour eux, un œuf ne se concevait que double! C'est malheureusement un temps révolu. Il nous reste les souvenirs…

 En ce qui me concerne, je prépare les baraganes en omelettes avec les œufs de la voisine et une pincée de fleur de sel des marais salants de nos amis de l'ile de Ré.

Il convient de couper les légumes en petits morceaux et les faire revenir dans une poêle avec un peu d'huile.

Pour conserver toute leur saveur, j'arrête la cuisson dès qu'elles s'apprêtent à roussir.

Puis je verse les œufs. Le grand débat familial vient de la divergence entre les adeptes des omelettes baveuses et ceux qui les préfèrent cuites. C'est un sujet épineux et récurrent!

Bien entendu, c'est un Champ des Treilles Grand-Vin blanc qui accompagne ce plat de vigneron. La finesse de ce vin s'accorde parfaitement avec des œufs.

Photos-0213.jpgLes baraganes, qui n'ont pas de saveur prononcée respectent complètement le vin.


Après avoir essayé le Petit-Champ dans les mêmes conditions, il a été décidé de le déguster seul…en attendant la cuisson de l'omelette…

 

 

Est-ce raisonnable? Evidemment, car nos vins sont d'une part exempts de tout produit chimique mais aussi leur fraîcheur les rend très digestes.


C'est du moins mon opinion!...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dumail-lureau.marie-francoise 09/04/2010 16:25


j'ai ramassé profondément une sorte de poireau sauvage sur un terrain où mon grand-père avait des vignes la base est blanche comme une tête d'ail les feuilles comme de l'oignon ça sent le poireau
pensez vous que ce sont des baraganes


Corinne Comme 12/04/2010 16:57



Bonjour,


 


Oui, cela ressemble à des baraganes mais attention, leurs feuilles sont plates comme celles des poireaux et non rondes et creuses comme celles des oignons!



moreau 02/04/2009 10:50

nous, on adore les baraganes bouillies, froides en vinaigrette avec des oeufs durs. Mais je vais essayer cette omelette..

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche