Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2008 3 02 /04 /avril /2008 07:20

Après plus de 6 ans de présence sur le domaine, Jean-Louis notre vigneron a décidé de tenter une nouvelle aventure dans un grand vignoble local.

Il est très honnête et sérieux dans son travail et je lui souhaite bonne chance dans sa nouvelle vie.

Son départ a été motivé par la petite taille des souches de nos vignes à forte densité et aussi le fait que chez nous les travaux sont surtout manuels car notre viticulture se détache de plus en plus de la mécanisation.

Il quitte notre petit vignoble en bio, labouré et à faible écartement pour un grand domaine constitué de vignes hautes et larges, en lutte chimique (raisonnée) et désherbage chimique.

 

Je respecte totalement ce choix que j'ai des difficultés à comprendre car j'ai toujours tendance à penser que les gens ont la même passion que Jean-Michel et moi pour la vigne. Lorsque je suis dans mes parcelles j'ai le sentiment qu'elles "irradient" du bonheur aux personnes qui s'y trouvent. J'ai l'impression que ma vigne est reconnaissante de toutes les attentions que je lui porte.

 

Tous les ans, je suis la seule à vendanger intégralement à la main dans la région. Je suis donc amenée à employer une quinzaine de personnes de tous les horizons. C'est une équipe suffisant grande pour avoir un éventail de notre société mais elle est encore assez petite pour observer assez finement les gens et leur comportement vis-à-vis de la vigne.

Ainsi, certains vendangent uniquement pour gagner de l'argent et pourraient travailler dans n'importe quel secteur d'activité.

Par contre d'autres perçoivent la magie qu'il y a avec les ceps au raz du sol dans les vignes à forte densité, les parcelles labourées comme autrefois, les grappes bien disposées sur les souches et le confort de travail dans des parcelles en lutte biologique.

Parmi tous les vendangeurs que j'ai pu voir, une dame mérite une attention particulière. Elle s'appelle Nadia et travaille le reste de l'année "aux petites façons" chez un entrepreneur de travaux agricoles. Tout comme moi, elle semble être en communion avec la vigne. Et lorsqu'elle vendange, naturellement et sans vraiment s'en rendre compte, elle est pleine d'attention pour mes vignes qu'elle ne voit qu'une fois par an. Si une branche dépasse du palissage, elle la passe entre les fils de fer avec un geste proche de la caresse. Elle va redresser un jeune plant "bousculé" par le tracteur lors des derniers traitements...


Elle n'est pas payée pour le faire et personne ne lui demande. Mais elle le fait parce que tout simplement, elle aime la vigne!

Partager cet article
Repost0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche