Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 07:18

Après de nombreuses années de services, j'envisage de changer les 2 vieilles cuves en acier émaillé qui étaient là lorsque nous avons repris le domaine.
Par manque de moyens financiers (comme c'est original), nous les avons malgré tout conservées et même équipées de régulation thermique, mais elles arrivent vraiment en fin de vie.

Je me retrouve donc avec des magnifiques plans en main et un devis qui me fait toujours frémir tant l'argent semble glisser entre mes doigts pourtant bien serrés…


Mais, si je parle de ces cuves que je n'aime pas, c'est pour tout autre chose…

Même après son départ, la plus petite laissera un souvenir marquant, ou plutôt frappant !

Je m'explique.

C'était en 1994. A l'époque, le petit domaine était géré en quasi-autarcie par ma belle-mère. Les deux cuves, qui avaient déjà une première vie derrière elles, nécessitaient un nouvel émaillage intérieur. Par souci d'économie, il avait été décidé de sortir les cuves du bâtiment sans faire intervenir la grue du réparateur.
Le voisin était venu avec son chariot élévateur. Pendant les manipulations, mon beau-père est passé sous les pales de l'engin. C'est bien-sûr le moment qu'a choisi la cuve pour tomber. Fausse manipulation de la part du voisin, mauvaise fixation ? Rien n'est très clair et quelle importance. Mon beau-père a reçu un violent coup sur la tête. Dans son malheur, il a malgré tout eu la chance de ne pas recevoir la charge directement sur le dessus du crane, ce qui l'aurait tué instantanément.
Il a cependant été littéralement scalpé, c'est-à-dire que tout le dessus de son cuir chevelu a été arraché vers l'arrière! Le sang s'est mis à coulé abondamment.

Le voyant encore vivant et conscient, ma belle-mère lui a enveloppé la tête dans une serviette de bain puis l'a mené jusqu'à leur vieille voiture, une Dyane, sorte de 2 cv plus moderne mais qui était en fin de vie.
Le véhicule qui avait plus de 20 ans avait la porte du passager qui s'ouvrait dans les virages!

C'était l'époque des premiers contrôles techniques. Cette épreuve et les primes à la casse lui ont par la suite été fatales.

Arrivés à l'hôpital de Sainte-Foy la Grande, le blessé a été pris en charge puis recousu sur une longueur de plus de 30 cm.
Ayant été prévenus, nous sommes allés le voir, le soir même dans sa chambre de malade. Les enfants étaient alors tout petits et ne reconnaissaient pas leur grand-père. Laure, âgée de 2 ans pensait qu'il avait un sac sur la tête tellement le bandage était impressionnant.
Ce n'était visiblement pas pour lui le jour de nous quitter. Il s'en est sorti sans séquelle, juste une cicatrice discrète.

Les cheveux clairsemés sur le crâne ont plutôt bien réagi après cette aération qui porte le nom de scarification quand il s'agit de gazon!
Il reste toujours sur la cuve quelques traces de l'accident. Lorsqu'elle partira, c'est une grue qui la couchera pour la sortir du cuvier.

Je suis d'une génération qui a la tête moins dure que la précédente…

Partager cet article

Repost 0
Corinne Comme - dans Divers
commenter cet article

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche