Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 07:39

A un moment où on s'apprête à commémorer le quarantième anniversaire de mai 68, il est de bon ton de faire une petite allusion à cette époque troublée et aux slogans célèbres qui sont restés dans l'histoire.

Certes, je n'ai malheureusement pas l'ambition que le mien soit promis à la postérité, mais il reflète pourtant la situation actuelle dans mon vignoble.

L'an dernier, on avait chaud, tout était sec et on promettait un été 2003 bis. En fait, la réalité a été très différente…

Cette année, c'est un peu le contraire. On regarde le pluviomètre régulièrement pour essayer de mettre des chiffres sur la pluie qui tombe sans trop s'arrêter.

 

La suite du chantier de complantation est difficile tant les sols sont détrempés. La brouette roule difficilement pour distribuer les marquants et enlever ceux qui sont cassés. La roue est engorgée de terre. Elle roule avec difficulté et il faut beaucoup d'énergie à Jean-Michel pour la pousser.

Régulièrement, il faut racler la terre avec un vieux piquet pour retrouver des conditions presque normales… pendant quelques minutes. Il est vrai que dans les vignes labourées et sur nos sols argilo-calcaires, toute pluie rend la terre "amoureuse", c'est-à-dire collante.

 Bien-sûr, on pourrait faire comme beaucoup et désherber chimiquement (voir photo ci-dessous). Là, on peut accéder aux parcelles toute l'année quelque soit les conditions. Il n'y a même pas besoin de bottes.

 

Nous avons choisi un autre chemin. Celui du respect de la nature et de la vérité des terroirs. Il faut donc l'assumer et nous le faisons. C'est même ce qui peut nous aider à surmonter des difficultés telles qu'une brouette qui ne veut plus avancer!

 

On arrive aux environs du 1er mai et aucun travail du sol n'est possible. Heureusement dans notre malheur, l'herbe ne s'est pas trop développée. J'ai l'impression depuis plusieurs années en comparant mes vignes à celles des voisins que plus on essaie de détruire les "mauvaises herbes" plus les vignes se salissent vite.

Les labours traditionnels que nous faisons permettent de garder la vigne assez propre avec peu de passages d'outils. C'est magique. Non c'est logique! En respectant les sols, ils nous le rendent à leur façon.

Autour de nous, très peu de gens labourent leurs vignes. C'est donc dans la région de Saint-Emilion que l'on peut se faire une vraie idée de l'avancement du travail du sol. Un rapide coup d'œil semble indiquer que les gens en sont au même stade que moi ou presque. C'est rassurant!!

Il y a aussi les traitements qui vont arriver. Il est inenvisageable de penser rouler dans les parcelles avec le tracteur pour le moment.

Que pouvons-nous faire à part attendre?

Le plus sage est surtout de rien faire qui aille à l'encontre du sol et de la vigne. Avec beaucoup d'énergie et de volonté, on peut encore faire quelques travaux manuels.

Pour le reste, on attendra. Après avoir commencé avec des sentences célèbres, on peut finir avec une autre qui a le mérite de nous arranger et de nous tranquilliser : après la pluie vient le beau temps.

C'est toujours le cas, depuis des millénaires. Ce sera encore vrai cette fois… du moins je l'espère!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eric 23/04/2008 16:50

Des nouvelles des contre-bourgeons?

Aurelien 23/04/2008 13:06

Allez courage, le soleil va bientôt permettre aux sols d'être prêts pour les premiers labours ! Chez nous, dans le nord, on à eu de la chance : plus d'une semaine et demie qu'il n'a pas tombé plus de 10 mm ... ! les tracteurs sont de sortie.

Bien amicalement,

Aurélien.

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche