Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 07:21

En cette veille de fête du travail, je tenais à vous faire part à ma manière de mon amitié en vous dédiant quelques brins de muguet accompagnés du plus joli des sourires puisqu’il s’agit de celui de ma fille Laure.

 

Pour Jean-Michel et moi, comme d’ailleurs pour la plupart des paysans, cette fête du travail sera aussi un jour travaillé car la vigne n’attend pas.
La quantité de choses à faire est si longue que le simple fait d’en faire une liste risquerait de bloquer le serveur de l’hébergeur de ce blog !

 

Tout d’abord, Jean-Michel doit réparer la chaîne de transmission de l’enjambeur. En fait, elle était en si mauvais état qu’il a fallu la changer entièrement. Sachant qu’il y en a une deuxième pour l’autre roue, on peut supposer qu’il faudra renouveler l’opération sous peine de se retrouver une nouvelle fois en panne dans la vigne un jour de grosse activité.

Dès la réparation effectuée, il faudra finir le griffage abandonné après cette rencontre impromptu entre les griffes et une grosse pierre dans le sol.

 

Le chantier de complantation devrait lui-aussi être terminé ce week-end. Pas complètement toutefois car une erreur de lecture du chauffeur du pépiniériste a fait qu’il nous manquera quelques dizaines de plants. On fera la finale la semaine suivante. Quand on aime, on fait durer le plaisir !

 

Je vais aussi renouer avec les habitudes de préparation des tisanes d’orties et d’osier pour les traitements sur la gazinière dans la cuisine. C’est un mal nécessaire mais je n’aime pas salir ma cuisine avec les milliers de petits morceaux de feuilles d’orties séchées.

On pourrait faire bouillir l’eau dans le garage à tracteurs, mais je ne souhaite pas laisser du feu sans surveillance. Donc, je me résous à faire les tisanes dans la maison.

Souvent, les gens disent à Jean-Michel qu’il doit être compliqué de faire cultiver en bio dans un grand domaine tel que Pontet-Canet. Pour préparer les tisanes, ils sont équipés de grandes bouilloires électriques pour lesquelles il n’y a qu’un bouton à tourner pour mettre en chaud ; quand la température est atteinte, ça garde au chaud. Chez moi, c’est nettement plus fastidieux. Finalement, j’aimerai bien avoir un grand domaine réputé à la place d’un petit vignoble inconnu !

 

Après la tisane, il y aura les traitements à faire. 2 types d’écartements, cela veut dire 2 tracteurs différents, donc 2 préparations différentes, 2 nettoyages,…

 

J’allais oublier les vieux piquets cassés qu’il faut remplacer. Ils ont bien été sortis de terre et couchés sur le côté pour bien les voir mais le tracteur ne pouvait pas entrer dans les parcelles pour les charger et distribuer les piquets neufs a cause de la pluie.

Après la distribution, il faudra les enfoncer, y clouer les fils,…

 

Je laisse de côté les vidanges diverses et variées sur les engins, quelques commandes de caisses à préparer,…

 

Mais avant tout, il y aura la fameuse omelette à l’aillet à préparer avec les œufs de la voisine dont les jaunes, d’un orange foncé, témoignent de la bonne santé de ces poules élevées à l’ancienne.

 

Je pense que beaucoup d’agriculteurs se reconnaîtront dans cette vie chargée de mille petits travaux différents.
Comme eux, je n’aspire pas à une vie aux loisirs plus présents. J’ai la chance de faire un métier que j’aime passionnément. Mes seuls désirs seraient de pouvoir exercer mon activité dans la sérénité, loin des tracas administratifs qui nous minent la vie,…pour rien.

Partager cet article

Repost 0
Corinne Comme - dans Divers
commenter cet article

commentaires

patricia 28/05/2010 05:43


oula ca me fait bizarre mais elle a pas vraiment changer niveau visage elle es toujours aussi belle je suppose qu'elle a garder heu commen dire son mauvais caractère lol


le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche