Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 07:20

Nous avons partagé une partie de nos jours et même de nos nuits depuis pratiquement 1 ou 2 ans et c’est déjà bientôt l’heure de se quitter.

 

Certes, ce n’est pas un départ immédiat ; il y aura bien une période transitoire mais ce ne sera plus tout à fait pareil.

 

Vous vous demandez sûrement qui peut bien partir au point de me rendre triste ?

 

Je veux parler des vins, rouge 2006 et blanc 2007, qui vont être mis en bouteilles dans les semaines à venir.

Pour cela, il faut les préparer à cette étape essentielle de leur vie.

Je suis donc en train de procéder aux derniers soutirages et ajustements avant le moment fatidique.

 

Je sais que tous les ans c’est pareil, mais j’ai toujours le sentiment qu’une page de ma vie se tourne avec la mise en bouteilles annuelle.

 

Les vins en questions, nous les avons d’abord préparés dans la vigne durant de longs mois. C’est un peu comme une grossesse. On prend garde au bébé à venir et on imagine comment il pourra être, quel sera son caractère.

Puis lorsqu’il se décide à venir, on est là. Notre présence est d’abord de tous les instants, jour et nuit.

Certaines années tout est facile, presque trop simple. Parfois, c’est le contraire comme lors d’une grossesse mal engagée ou d’un accouchement difficile.

Mais finalement, on aime toujours le vin que l’on vient d’enfanter.

 

Puis les choses deviennent plus calmes, mais il faut toujours l’accompagner.

Le vin devient ensuite adolescent avec une autonomie toujours plus grande malgré la présence indispensable de ses parents.

 

Puis un jour, arrive la mise en bouteilles avec l’échéance du départ programmé. C’est là qu’on se dit que ce vin que l’on a porté ne nous appartiendra plus vraiment.

Il partira bientôt dans des lieux et chez des gens que nous ne connaissons pas.

 

J’espère seulement qu’il fera honneur à sa famille et à ses parents qui, quoi qu’il arrive seront toujours fiers de lui.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche