Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 11:08

En levant les yeux dans mon jardin médocain, j’ai découvert ça :

 

Un oiseau n’a rien trouvé d’autre que du raphia synthétique pour faire son nid.

Au début, ma première réaction fut de sourire face à cette étrange construction. Mais, à la réflexion, j’ai changé d’attitude.

Une fois de plus, je me suis rendue compte de l’état de délabrement de notre pauvre terre.

Imaginez donc : au milieu de vignobles prestigieux, un oiseau trouve plus facilement des morceaux de plastique que des brindilles pour faire son nid !

Si on calcule bien, le plastique cela fait quoi, 20-25 ans qu’on l’utilise dans la région. Il va durer 200-300 ans dans le sol. Donc, à ce régime là, dans quelques décennies, on ne verra plus la terre sous les pieds de vigne. Le sol sera recouvert de plastique. Si comme sur la photo, il a la bonne idée d’être vert, on pourra même faire croire qu’il s’agit d’herbe et on demandera une certification d’agriculture raisonnée.

Il n’y aura alors plus de problèmes de désherbage chimique ou de travail de sol car les herbes ne pousseront plus.

Les technocrates de la vigne pourront enfin aller dans les vignes car ils n’auront plus de risque de se salir leurs belles chaussures avec la terre mouillée. Ce sera le bonheur, l’agriculture sans la boue.

Pour en revenir à notre petit oiseau. Il a encore la possibilité d’améliorer le confort de son habitation en l’isolant avec de l’amiante qui ne pas manque d’encombrer les décharges sauvages. Ainsi, il aura un nid douillet pour faire grandir ses petits qui ne risqueront pas de maladies car le plastique et les quelques brindilles sont déjà imbibés de pesticides.

Finalement, il en a de la chance notre petit oiseau d’être né en 2008.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche