Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 09:58

 Couple de vignerons en bio et biodynamie s’est perdu dans les halls du salon Vinitech à Bordeaux dans la journée du 4 décembre 2008.

 

Ils ont d’abord été vus dans le hall « machinisme ». Ils ont cherché en vain des équipements correspondant à leur philosophie de respect de la vigne et des sols. Mais ils n’ont trouvé que des machines énormes uniquement conçues autour de la notion de productivité.

Ils ont éprouvé une certaine oppression physique en pensant aux vignes « mises au pas » par des mécanismes tous plus agressifs les uns que les autres ; mais aussi en voyant des engins tellement lourds qu’ils donnent au mot compactage toute sa dimension.

Ils n’ont pas non plus compris comment on peut oser parler de respect de l’environnement sans rougir en affichant des puissances de plus en plus énormes et disproportionnées avec les besoins réels.


 


Ils ont donc fui côte à côte dans le grand hall renfermant les équipements de chai et les produits œnologiques.

Là non plus, ils n’ont pas compris les motivations de ceux qui conçoivent des machines complexes et agressives souvent pour simplement corriger des erreurs au vignoble.

Ils se sont donc déplacés d’allée en allée, cherchant à retrouver un peu de la philosophie qui les anime.

 

Malheureusement, ils n’y sont pas parvenus. Les toasts et verres de vin offerts ça et là par des fournisseurs n’ont pas réussi à  les retenir dans ce monde de modernité et d’efficacité.

 

Ils ont donc été vus retournant vers leur véhicule stationné à l’extérieur sous une pluie battante et continue.

 

Avant de sortir du bâtiment, ils ont dû retraverser le hall des machines agricoles pris d’assaut par des viticulteurs tellement subjugués par la mécanique qu’ils oublient souvent que les machines ont un prix et qu’il faut rembourser le Crédit Agricole tous les mois ; même ceux où on ne vend pas de vin.


 

Finalement, notre couple de vignerons bio a disparu de ce salon tant attendu sans comprendre vraiment ce qu’il était venu y faire ni plus généralement ce qui le rattache à ce monde de puissance et d’agressivité viticole.

 

Si vous les rencontrez, dites leur bien qu’ils ne sont malgré tout pas seul à penser cela et qu’ils sont quand même plus dans le vrai que s’ils étaient sur un tracteur de 200cv à pulvériser des pesticides pour le monde entier.

Partager cet article

Repost 0
Corinne Comme - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Claude DUFFOUR 06/12/2008 16:17

Allez, un parallèle avec la crise. Toujours plus, pour toujours plus de moyens, toujours plus de dettes, toujours plus de profits toujours plus incertains. La boucle est vite bouclée. En discussion avec un ami oenophile, tout à l'heure : nous, on ne veut plus que des vins bio ! Grâce à vous et certains autres de vos collègues, aujourd'hui c'est possible. Tous nos encouragements. CD

Joye Denis 05/12/2008 15:39

Cela commence grand sage et moralisateur. je ne parle pas seulement des gros tracteurs qui vous insupporte et je le comprends, mais votre côté vertueux devient urticant

Iris 05/12/2008 13:19

Comme Franck et toi, je me souviens avec un frisson d'expériences de ce genre à Montpéllier pendant plusieurs années.

Là, on trouvait du temps en temps et en fouillant bien dans les recoins des petits exposants de matériel pour vignes à taille humaine et en terrain difficile. La charrue à treuille venant du Valais Suisse, les premières brouettes à chenilles venant d'Allemagne - du matériel de cave pour des domaines, qui n'ont pas des centaines d'hectolitres à "traiter" et écouler - normalement, cela venait d'Italie, comme notre petite tireuse 4 becs purement mécanique et manuelle - des pressoirs verticaux copie conforme de notre vieux click-clack, reproduits en Inox pour vins de haute gamme et fabriqués en France pour une fois...colleuse d'étiquettes en bois avec manivelle, même des dynamisateurs en bois pour la préparation des traitements en bio-dynamie:-)... mais il a fallu être persévérant et surmonter la première frustration - dommage, que tout cela aurait disparu entre temps....

Franck 05/12/2008 12:31

Bonjour COrinne,

C'est marran, je ne suis allé qu'une seule fois sur ce salon et j'ai éprouvé les mêmes désagréments (pour ne pas dire les mêmes écoeurements face au mépris pour la vigne; et face à l'incapacité des constructeurs à proposer des matériels en phase avec les attentes de la vigne).
La seule exception cette année là venait de GRV qui sortait ses micro-tracteurs CAVAL. Depuis, d'autres cherchent à le copier... il faut rencontrer ces constructeurs, ils le méritent.

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche