Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 09:34

Vous l’avez sûrement remarqué mais j’ai très souvent l’occasion de critiquer les politiques qui dirigent notre viticulture. Il faut dire que justement les gens qui en sont à l’origine ne sont plus vraiment des viticulteurs mais des professionnels des instances agricoles. On retrouve les mêmes partout. On se demande quand ils ont le temps d’aller dans leurs vignes…

En Gironde, avec une dizaine de personnes, on peut faire le tour de tous les conseils d’administration et autres structures de décision. Celui qui n’est pas présent dans une assemblée y a obligatoirement plusieurs « amis » qu’il côtoie à l’occasion d’autres réunions.

Donc, grâce à cette politique de renouvellement constant des penseurs de notre profession, on ne peut qu’avancer.

Le dernier exemple en date est mis en avant dans le flash des Bordeaux (n°166) de décembre dernier. Dans l’éditorial, le Président annonce la bonne nouvelle. Même si les choses ne sont pas complètement ficelées, les viticulteurs vont pouvoir toucher 9500€ d’aide par hectare s’ils s’engagent à replanter avec 10% de pied en plus par rapport à la parcelle arrachée !

C’est le projet de restructuration des 5 années à venir.

C’est un véritable cataclysme dans le Bordeaux viticole. Imaginez, celui qui va arracher une parcelle à 3000 pieds par ha va pouvoir replanter avec 3300 pieds par ha et toucher de l’argent pour cela.  Il faut dire que la plupart le faisait déjà, mais sans toucher d’argent.

En effectuant un calcul simple, on peut se rendre compte que si on poursuit cette politique ambitieuse de +10% à chaque replantation, il faudra 6 replantations de vigne successives pour atteindre de nouveau l’ancienne densité de plantation de 5000-5500 pieds par ha qui était le standard minimal à Bordeaux avant l’avènement des vignes hautes et larges.

En poursuivant le calcul, si on considère une replantation tous les 20 ans (et oui, les vignes larges ne durent jamais très longtemps) on peut penser que l’on aura retrouvé la situation d’avant les vignes larges dans 120 ans, peut-être même moins.

Cependant, pour y arriver, il faudra avoir maintenu les aides probables pendant la période, sinon, on risque l’avoir des problèmes pour tenir les délais.

Le Président des Bordeaux a bien raison de souhaiter une bonne année 2009 aux viticulteurs car avec des politiques aussi ambitieuses, ils ne sont pas sûrs de voir le bout de la crise avant l’année 2009 + 120 soit 2129.

Quand même !!!

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche