Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 09:44

 Il y a quelques jours, je vous ai annoncé de façon laconique la mort de ma maman.

(Merci pour tous les messages de soutien)

 

Certes, on s’y attendait et on en arrivait même à l’espérer. C’est très dur de penser que l’on peut souhaiter la mort de quelqu’un d’aussi proche qu’une mère.

Pourtant, il est insupportable de voir les gens s’enfoncer un peu plus tous les jours sans pouvoir les aider. Chaque jour qui passe est un nouveau chemin de croix et une humiliation supplémentaire pour la personne qui s’en va.


Je n’ai pas assisté aux derniers instants de ma maman. Etait-ce toujours ma maman ou un pauvre corps malade que l’âme de ma maman avait abandonné  progressivement depuis quelques semaines ? Ayant parfois conscience de son état, elle disait avoir hâte de partir.

 

Maman qui était très croyante, était persuadée de retrouver papa après sa mort. Comme ils étaient tous les deux les personnes les plus gentils du monde, s’ils doivent se retrouver, c’est au Paradis qu’ils seront de nouveau réunis. J’aimerais tellement avoir foi en cela……

 

Même si c’est inscrit dans l’ordre des choses, on ne se remet jamais vraiment de la mort d’un parent. On reste pour toujours leur enfant et à ce titre on devient orphelin.

 

Pourquoi n’ai-je pas pu faire plus pour mes parents au moment où ils étaient proches de partir. Eux qui ont fait tant d’efforts et de sacrifices pour me faire devenir ce que ce je suis ; moi je n’ai pas pu les sauver,  et je ne sais pas si j’ai pu rendre le départ plus doux.

 

Maman étant bretonne, j’avais demandé à mon agent local de me faire passer du sable de Trébeurden, son pays. Malheureusement, le sable n’est pas arrivé suffisamment tôt pour l’enterrement.

 

Je le mélangerai à la terre rouge que j’ai ramenée d’Afrique du Nord récemment en pensant à mon  papa pied noir. Ainsi, ma mère et mon père seront mélangés pour toujours.

 

Et après tout, je suis moi aussi née du mélange de mon père et de ma mère, mélange de la terre Algérienne et du sable de la Côte de Granit Rose !

 

Adieu Maman.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche