Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 09:14

Depuis quelques jours, l’ambiance de la nature qui nous entoure a changé. On ne peut pas dire que les températures soient particulièrement plus chaudes qu’avant ou qu’il fasse plus soleil non plus. Mais on commence à sentir que le printemps approche.

 

Je ressens plus que je ne sens le printemps. Ce que je dis là, c’est de l’intuitif et je ne sais pas l’expliquer. Assez rapidement, on est passé d’une ambiance hivernale à une ambiance printanière.

 

Lorsque j’en parle autour de moi, les gens ont le même sentiment. Ils sentent le printemps arriver.

Là aussi, il doit y avoir des signaux que nos sens captent mais que nous ne savons pas analyser.

La vigne doit faire la même chose que nous et penser qu’il faudra bientôt sortir de quelques mois de repos bien mérité pour entrer dans un nouveau cycle pour un nouveau millésime.

Sommes-nous sensibles aux mêmes messages que nous envoie la nature ? C’est un mystère que l’on percera peut-être un jour. Pour le moment on reste dans l’intuitif, le sensible.

 

Une part de notre engagement dans la biodynamie nous amène à essayer modestement de capter les informations qui nous parviennent de la nature et de la vigne en utilisant tous nos sens. C’est ça la viticulture sensible.

 

Mais, dans un autre registre, quand je travaillais en biscuiterie, nous avions tous les ans au printemps des problèmes avec les farines. Certes, leur analyse globale ne changeait pas mais elles devenaient plus difficiles à travailler.

Les pâtissiers « anciennes générations » disaient que c’était dû à la levée de dormance des blés dans les champs. Leurs mots exacts étaient "les blés travaillent".

Pour moi qui sortait tout juste de l’école, c’était difficile à croire. Les blés utilisés pour les farines étaient dégermés ; il n’y avait officiellement plus rien de vivant dans la farine.

Pourtant, celle-ci ressentait effectivement l’arrivée du printemps.

 

C’est une des premières fois où j’ai envisagé que la réalité du vivant pouvait être plus complexe que dans les livres !

 

En ressentant nous aussi l’arrivée du printemps, au même titre que la farine, la vigne ou les vaches, on reprend un peu de notre vraie place dans la nature.


Cela devrait nous inciter à avoir un peu plus d’humilité face aux autres habitants de cette terre, qu’ils soient animaux ou végétaux…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Toon 06/03/2009 13:56

Bjr, les jours grandissent, la végétation reprend ses droits, et nous retrouvons le jour et aussi notre rythme de vie le suit ...
Bref, la nature et ses cycles comme tout par ailleurs …

antoon

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche