Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 10:03

Comme tous les ans, nous avons honoré ce week-end la mémoire de la maman de Jean-Michel disparue il y a déjà 12 ans. Elle a aussi eu la mauvaise idée de partir la veille de son anniversaire, pour ajouter encore une couche d’émotion à ces moments difficiles.

On ne se remet jamais vraiment de la perte de ses parents. Je sais que Jean-Michel souffre encore de la disparition de sa maman. Pour moi, c’est plus récent mais tout aussi douloureux.

Comme souvent lors de moments de souvenirs, nous avons allumé une bougie qui a brûlé toute la journée. C’est notre façon de nous souvenir de ceux qui ne sont plus là.

Le drapeau italien a aussi flotté sur le Champ des Treilles. C’était tout autant pour honorer la mémoire de ma belle-mère que celle de ses parents qui ont travaillé très dur toute leur vie pour acquérir ce modeste bout de terre et qui, à la fin de leur vie, ont eu à subir la plus dure des épreuves que constitue la perte de leur fille.


Que d’affectif dans tout cela ! Mais nous avons, Jean-Michel et moi la moitié de notre sang qui parle italien ; aussi, l’affectif pour nous c’est une seconde nature !

Notre projet tout entier est très marqué par l’affectif. S’il n’y avait pas eu de passion ni d’affectif, nous n’aurions jamais conservé ce petit domaine.

Après plus de 10 ans passés à servir cette terre, nous pouvons mesurer le chemin parcouru. Nous ne l’avons certes pas transformé en Premier Cru mais le vignoble est beau, en bonne santé, les bâtiments sont beaux et fonctionnels et le vin a une réputation qui monte un peu tous les jours.

J’espère que de là où elle est, Marie-Claire peut voir le travail que nous avons effectué. J’ai des peines à penser que c’est le cas.

Mais quand samedi soir nous avons vu le coucher de soleil sur la petite église de Margueron, on pouvait penser qu’il y avait autre chose que des rayons de soleil sur des nuages…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche