Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 09:42

Lors de la moindre balade dans les vignes, on peut voir des baies vérées. Dans les rouges, c’est plus facile car les grains changent de couleur. Dans le cas des blancs, c’est plus discret mais tout aussi important. Un grain de raisin blanc devient légèrement translucide et change un peu de couleur en prenant une teinte un peu jaune. Mais c’est très sensible et difficile à expliquer précisément ; on le sent plus qu’on ne le voit.

 

J’ai donc goûté ma première baie de raisin de l’année dans mes vignes. Il s’agissait de Sauvignon blanc. Je n’ai pas eu l’extase de ma vie car on a plus l’impression de croquer du haricot vert cru et acide qu’un grain de raisin mûr.

Mais, le moment est important au niveau symbolique. Cette récolte que nous protégeons et même que nous imaginons dans nos rêves, nous pouvons maintenant commencer à la sentir sous la langue.

J’ai beau me dire qu’il faut garder mon sens critique, je n’arrive pas à trouver de défaut à ce grain de raisin à goût de haricot. C’est même le meilleur haricot jamais goûté !

 

Il reste encore quelques semaines avant les vendanges mais la récolte devient maintenant palpable, sensible.

 

Déjà, les vins se dessinent dans ma tête en fonction du travail des années précédentes, de ses résultats et du travail de l’année. Notre viticulture nous donne la possibilité de mieux comprendre le vivant pour essayer de l’influencer dans le sens que nous souhaitons.

 

Chaque expérience dans le vignoble nous donne des indications sur nos terroirs et les cépages qu’ils portent. C’est maintenant à nous d’orienter nos parcelles dans la direction nous menant au vin idéal que nous avons en tête pour une meilleure expression de la subtilité de chaque portion de notre vignoble.

 

Les premières baies vérées ne laissent jamais indifférents. La preuve, je pars très rapidement dans des délires dès que je me mets à les évoquer !

 

Il reste cependant à les amener intactes jusqu’à la vendange. Comme le dit souvent Jean-Michel, il faut rester concentré.

 

J’arrête là mes divagations,…en pensant quand même à la meilleure façon de vinifier ces raisins quand ils arriveront au chai…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche