Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 20:16

 Avec premières fermentations malolactiques terminées, nous avons pu commencer les soutirages des vins rouges.

Dans ce cas, la vinification est donc terminée et on est entré dans l’élevage ; une page se tourne.

Il y avait donc quelques semaines que le cuvier n’avait pas connu une telle activité.

Heureusement, le travail de chai, c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas.


J’aime beaucoup travailler dans le chai car hors vendanges, Jean-Michel est avec moi. Comme c’est quelqu’un de bien, il va tout naturellement au devant des travaux les plus lourds et me laisse les tâches physiquement les plus légères. La moindre panne est diagnostiquée et souvent réparée dans l’instant. Un vrai rêve !
Ensemble, nous faisons bonne équipe.

 

Mais cette fois-ci, nous avons introduit, à titre d’essai un nouvel appareil dans le chai : une monobrosse pour nettoyer les sols.

Moi qui suis très regardante, pour ne pas dire critique sur la propreté des chais que je peux visiter, je dois dire que là, ma fierté en a pris un coup.

Cet engin extraordinaire a décollé de la crasse bien ancrée dans le sol depuis des années alors que tout semblait propre.

 

J’ai donc décidé d’acheter une monobrosse dès cette semaine. Donc, j’aurai bientôt tout le loisir de nettoyer mes sols au lieu d’attendre pendant que la pompe tourne.

 

Et là, on verra bien qui a les plus beaux sols…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eric B 22/11/2011 12:40

Tu ne crois pas qu'en louer une de temps en temps serait suffisant ?

Bises

Eric

Corinne Comme 23/11/2011 11:17



Oui, mais il faut d'abord en trouver une adéquate sur Bordeaux, avoir la voiture appropriée pour la charger, passer sur Bordeaux aux heures d'ouverture....le cirque!



le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche