Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 18:23

Après  quelques jours d’interruption, j’ai commencé ce matin la récolte de la première parcelle de Merlot. Il faut dire que la petitesse de la récolte après la grêle a hâté la maturation.

 

Particulièrement avec ce cépage, il convient de ne pas dépasser la maturité optimale afin de ne pas verser dans le sur-mûri.

La dégustation de beaucoup de 2009 a montré que l’on pouvait facilement atteindre ce stade peu enviable à mon goût et dans lequel on s’approche plus du Porto que du vin de Bordeaux.

 

J’ai donc prévu de récolter les parcelles grêlées en premier puis de m’arrêter de nouveau afin de saisir le reste du Merlot lorsque mes papilles m’en donneront l’ordre.

Enfin, nouvel arrêt avant le Cabernet Franc.

 

Ce sera donc une vendange en pointillés. J’espère que les vendangeurs accepteront ces contraintes avec compréhension.

 

Les vendanges à la main sont fascinantes car elles sont aussi une formidable vitrine de notre société. En quelques personnes, on trouve tous les cas de figure.

 

Il y a ceux qui vont de petit boulot en petit boulot et qui finalement ne s’arrêtent jamais.

 

Au contraire, il y en a qui ne font que les vendanges et qui attendent chez eux sans effort, le reste du temps. Ceux-là semblent assez contents de ces semaines entrecoupées de pauses.

 

Il y a les jeunes en quête d’un supplément pour leur existence d’étudiant ou de jeune adulte encore chez les parents.

 

Il y a les salariés en vacance et qui complètent ainsi leur revenu en quelques jours de vendange.

 

Evidemment, il manque tous ceux, et ils sont nombreux, qui ne font même pas l’effort de s’inscrire pour la récolte des raisins, en sachant que leur assiette se remplira quand même toute seule grâce à la sacrosainte "solidarité".

 

Malgré la difficulté du travail, je prends toujours beaucoup de plaisir à écouter mes vendangeurs discuter de leurs vies respectives pendant qu’ils travaillent.

 

Après la première journée de Merlot, je ne vous parlerai pas du rendement qui est trop faible pour le mentionner.

 

Heureusement, on aura au moins de très bons vins, à défaut d’en avoir beaucoup.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche