Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 09:57

Depuis quelques semaines, nous sommes confrontés à un nouveau dilemme qui ne s’était pas présenté avant.

Notre petit domaine est devenu une vraie entreprise, petite certes, mais entreprise quand même avec la nécessité d’avoir une vision à long terme.

En biodynamie, on dirait qu’il faut être « solaire », c'est-à-dire de tracer un cap et de le suivre. C’est vraiment le trait de caractère de Jean-Michel.

Donc, nous réfléchissons à l’avenir du Champ des Treilles. Lorsque nous avions fait construire les précédents bâtiments, le projet avait été défini dans sa globalité pour intégrer des évolutions futures. Ainsi, on évitait de faire des opérations en double ou pire encore d’avoir à démolir des choses pas encore fini de payer pour en intégrer des nouvelles.

Pour des questions de budget, nous n’avions construit que 2 bâtiments sur 3. Le dernier, un cuvier devait éventuellement venir par la suite si les conditions le nécessitaient et surtout le permettaient.

Les années passant, ce moment semble être venu. Le cuvier actuel est très fonctionnel mais un peu petit pour être vraiment à l’aise.

L’époque du permis de construire précédent n’est pas très lointaine (2003) mais depuis on se rend compte que tout est un peu différent. La trame reste la même mais des idées ont changé.

Pour nous, il est encore plus important qu’avant de s’intégrer dans le paysage local, de respecter l’esprit des vieux murs vieux d’un siècle et demi et aussi de respecter l’environnement.

Pour cela, on pourrait penser que tout est simple mais pas du tout. Entre le « durable » vrai et sincère et le durable tel qu’on nous le présente il y a parfois des différences significatives.

Ainsi, l’électrique est propre sauf quand on ne sait pas recycler les batteries ou qu’on a une centrale nucléaire à proximité et des pastilles d’iode dans les placard en cas de fuite ou encore qu’une ligne à très haute tension passe à proximité.

Les matériaux modernes sont « durables », craché juré par le fabriquant, sauf qu’ils dureront largement moins longtemps que les anciennes constructions.

La pierre est le plus noble des matériaux mais son prix est quelque peu dissuasif et les compétences pour l’utiliser ont fondu comme neige au soleil.

Voilà donc, l’état de notre réflexion.

Le plus dur n’est finalement pas de dépenser l’argent mais de savoir comment on va le dépenser !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche