Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 10:23

Décidemment, le Vin Passion n’a pas franchement l’envie de partir de chez nous.

 

Cette semaine, la filtration avait été prévue de longue date. La mise en  bouteille devant intervenir la semaine prochaine.

Avec le sinistre qu’a subi le 2010, il y a pratiquement un an jour pour jour, il est difficile de ne pas regarder le prestataire de filtration avec une certaine défiance…Je pense qu’il aura tiré toutes les conséquences des erreurs faites et que ni nous ni personne n’aura à subir de nouveau une telle déchirure.

 

Mais cette année, c’est surtout le froid qui s’invite dans ce calendrier si minuté.

Les routes sont impraticables localement et on se demande comment on pourrait faire tourner un filtre dehors et ensuite le laver à l’eau lorsque la température flirte avec les -10°C.

 

Je pense donc que la filtration va être différée. Dans la foulée, il faudra différer d’autant la mise en bouteilles.

Cela n’arrange pas mon programme de conditionnement en vue d’expédition.

En effet, une part importante du Vin Passion,  pour ne pas dire la quasi-totalité est déjà retenue par mes clients.

Lors de cette mise en bouteilles, il doit aussi y avoir le Grand Vin rouge 2010. Lui, par contre est totalement retenu ; et plutôt deux fois qu’une…

 

Maintenant, il va falloir expliquer tout cela à mes interlocuteurs qui heureusement sont aussi devenus très souvent des proches, sinon des amis.

 

Lorsque les températures auront retrouvé des valeurs plus abordables, tout rentrera dans l’ordre et on oubliera sûrement ces petites péripéties.

 

Et comme le chantait Brassens :

 

Pour peu que le bonheur survienne

Il est rare qu’on se souvienne

Des épisodes du chemin 

 

Par contre, lorsque les bouteilles seront remplies, le timing de conditionnement risque d’être particulièrement serré.

Jean-Michel et moi avons quelques heures à passer autour de l’étiqueteuse…

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche