Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 11:53

Une fois n’est pas coutume, nous avions pris quelques jours de vacances avec des amis. Mais comme on ne se refait pas, on était allé visiter des vignobles et déguster des vins.

Nous étions en Bourgogne.

C’était la deuxième fois que nous nous y rendions. La fois précédente, nous étions encore étudiants. N’étant pas mariée à Jean-Michel, je n’avais pas encore épousé la vigne. La vigne ne m’intéressait pas vraiment et seule la dégustation du vin avait quelque crédit à mes yeux.

Nous y avions été très bien reçus, avec générosité par des vignerons soucieux de partager le fruit de leur travail avec ses deux étudiants bordelais sans argent. C’était, il y a 25 ans !

 

Cette fois-ci, il s’agissait autant de passer de bons moments entre amis que de visiter des caves car étant les seuls professionnels d’un groupe de 14 personnes, dont une bonne moitié d’américains, il était difficile de demander à faire le tour des vignes, voir le matériel,…Bref, faire le vigneron en ballade chez d’autres vignerons.

Qu’importe, cette partie non-réalisée sera pour une prochaine fois.

 

Le programme prévoyait diverses visites avec deux points culminants, les domaines Leroy et Domaine de le Romanée Conti.

Ce qui est marrant dans notre société moderne, c’est qu’on peut penser connaitre les gens connus sans jamais les avoir rencontrés. On sait ce qu’ils pensent, on connait leur voix, leurs goûts, leurs mimiques,…

Ce fût un peu le cas avec Aubert de Villaine qui nous a reçus dans son beau domaine.

En descendant les marches du chai, j’ai eu une pensée pour tous les millions d’amateurs de vin dans le monde qui n’auront jamais l’opportunité de connaitre ces endroits deux fois millénaires.

Au-delà, du caractère viticole à proprement parler, il y a des endroits spéciaux, des endroits particuliers. Ils inspirent notre corps et notre âme sans qu’on puisse vraiment décrire ce que l’on ressent. En général, ils sont connus et reconnus depuis longtemps et les implantations humaines s’y sont succédées les unes sur les autres, une religion ou croyance y remplaçant une autre.

Je pense que Romanée-Conti fait partie de ces endroits. Cela donne une dimension supplémentaire aux vins qui y sont produits.

 

Cependant, le temps fort parmi les temps forts de cette semaine restera la visite des Domaines Leroy. Peut-être aussi parce que Lalou Bize-Leroy a une approche de la vigne dans laquelle nous nous reconnaissons. L'an dernier, Jean-Michel a eu la chance de la recevoir longuement à Pontet-Canet. Ce fut un privilège et un honneur pour le vigneron qu’il est. Je l’envie toujours avec une pointe de jalousie.

Dans notre esprit, elle reste la plus grande vigneronne de France.

La dégustation de ses vins n’ont fait que confirmer notre point de vue.

Dans le groupe que nous étions, d’âge, de sexe ou d’histoire variés, personne n’est resté insensible dans sa chair. Beaucoup ont été émus. Pour Jean-Michel, l’émotion a bien dû faire place à quelques larmes. De mon côté, j’ai été retournée, fière d’être là et consciente de vivre un grand moment de dégustation.

 

Depuis des années, Jean-Michel cite à qui veut l’entendre la phrase magique de Michel Bettane : « Le Domaine Leroy rappellent à tous la marge existante entre le très bon et le grand ».

Effectivement, les vins que nous avons dégustés ont permis de faire le constant que l’essentiel des vins produits sur Terre ne sont qu’au mieux de très bons vins. Et que pour prétendre au grand, il faut amener l’émotion au dégustateur.

Et ça, c’est très rare.


Ce qui fait que dans le monde, il y a quelques grands vins et puis il y a tous les autres.

 

Partager cet article

Repost 0
Corinne Comme - dans Divers
commenter cet article

commentaires

powered web dev 30/07/2014 13:17

When we are in a place like vineyard so many years after our first visit, it will be such nostalgic feeling. I can understand the feeling as I have experienced the same on many occasions. Strange fact is that you are not interested in vine!

CHAUVET 15/02/2013 12:39

Bonjour,
J'avais eu le plaisir, en compagnie de mon épouse, de découvrir votre domaine et votre production à l'occasion de notre deplacement et participation à la Coupe de France des Clubs de dégustation
2011 organise à Bourg par la RVF.
Votre présentation de votre rencontre avec ces deux icônes du monde du vin, malheureusement inaccessibles de la majorité des vrais amateurs de vins, c'est à dire ceux qui aiment sans forcément
avoir les moyens d'accès et/ou de paiement adéquats, me laisse une sensation au goût amer : mettre en avant cette opportunité exceptionnelle c'est rappeler au reste des mortels la quasi
impossibilité dans laquelle ils se trouvent d'y accéder, c'est aviver la frustration de ne pouvoir échanger avec ces maîtres, c'est se positionner en privilégiés que "les autres" ne seront
jamais.
Bien sur, je vous propose une interprétation dans le sens du verre à moitié vide alors que vous pourrez y opposer celle du verre à moitié plein, qui comporte bien des arguments parfaitement
défendables.
Mais sur ce sujet, il me semble préférable de faire preuve d'égoïsme primaire dans un silence peut-etre coupable mais certainement rejoui, tant le partage de ce type de matière n'est pas de mise,
sauf à l'accompagner d'une dégustation non virtuelle d'au moins un des crus de l'une et/ou de l'autre de ces producteurs hors normes.
Cette remarque s'applique tout autant à toute forme de journalisme spécialisé privilégiant les sentiers faciles et gratifiant parcourant la crème de la production bourguignonne en l'occurrence, au
déprimant des obscurs tout aussi méritant, lorsque investis et impliqués avec le même idéal. Mais bien sur on ne fait pas rêver de la même façon avec le Puligny "En la richarde" du Domaine
d'Auvenay et le Domaine des Ardoisières en Savoie...quoique !
Au passage, j'ai apprécié votre éclairage sur les choix erratiques de notre société de consommation de tout et n'importe quoi, les dernières déviations en date devant imposer à nos décideurs des
orientations qui abandonnent toute préoccupation électoraliste, même si les emplois toujours présents dans la balance complique certainement les choix et décisions.
Cordialement,
JL CHAUVET, Œnologue n'appréciant qu'assez peu les œnologues, Sommelier peu en phase avec les sommeliers, Médecin déplorant les dérives de la médecine, etc.
(autrement dit "vieux c..", s'efforçant néanmoins de préserver l'humour)

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche