Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 16:00

Si j’ai été bien discrète dans la dernière semaine, c’est que je n’étais pas chez moi.

 

J’ai rajouté une corde à l’arc de mes activités en devenant formatrice en biodynamie. Plus exactement, c’est une évolution de celle de conseil car bien souvent les gens n’osent pas franchir le pas de la biodynamie. Ce qui les freine, c’est la peur du lendemain tant les propos qui s’y rapportent peuvent être sulfureux, incompréhensibles et donc déroutants.

 

Avant de se lancer éventuellement dans cette approche, les vignerons doivent d’abord être capables de comprendre un peu mieux ce qu’est la biodynamie avec des mots qu’ils vont comprendre. Ainsi, ils pourront connaitre certaines des facettes de cette « technique » pour évaluer les réponses qu’ils peuvent en attendre.

 

Je suis donc en démarches pour devenir organisme de formation agréé. Là aussi, paperasses-paperasses et…extrait de casier judiciaire. Comme quoi, c’est plus surveillé pour devenir formateur que pour être homme politique !

 

Tout comme pour le conseil, je n’ai jamais désiré faire de la formation et je n’ai jamais pensé en vivre.

Je reste avant tout vigneronne et c’est mon activité principale.

 

Mais justement, ce lien direct et constant avec la réalité de ce qu’est un domaine viticole donne aussi une crédibilité à mes propos. Je produis du vin tous les ans. Dans sa gamme, ce dernier est plutôt apprécié par les consommateurs à tel point que je n’ai plus une bouteille à vendre. Je m’habille normalement et je ne suis pas un remake de mai 68 !

Autant d’arguments pour les vignerons, biodynamistes en puissance, qui se posent la question, de savoir ce que c’est au quotidien, sinon de s’engager.

 

Donc, pour dispenser ma première formation,  je suis partie dans le Sud-Est de la France. 2 jours de formation … et 2 jours de voyage en train. Il faut plus de temps pour faire Pauillac-Aix en Provence en train que Paris-San Francisco en avion ! Quand j’attends parler d’égalité des territoires par les politiques, je pense qu’on ne doit pas parler du même pays !

 

Le grand et beau domaine qui a fait appel à moi souhaite gagner dans ses vins en pureté, éclat de fruit.

Face à de tels objectifs, seule la biodynamie est capable d’amener des réponses et surtout dans un délai assez court.

J’ai donc expliqué au personnel du domaine, les bases de la biodynamie et les relations au terroir et aux cépages locaux.

Dans mon esprit, la biodynamie est une approche globale qui intègre évidemment les relations avec les « pathogènes ». Remarquez que je ne parle pas de « maladies » ou de « ravageurs » car dans l’approche biodynamique, le « pathogène » qui se développe n’agit que comme une réponse à une situation donnée et spécifique de la plante et dépendant de nombreux paramètres qu’il faut intégrer (terroir, cépage, climat local et climat du moment, état de la lune,…)

 

La mise en place de la biodynamie reste la meilleure réponse à la problématique évoquée par les responsables du domaine en question.

 

Mais, comme souvent des problèmes pratiques très simples peuvent servir d’argument à une absence d’évolution vers cette voie. Cela peut être le tracteur, le pulvérisateur, la parcelle argileuse, le personnel hypothètiquement réticent au changement,…

 

Je pense que dans le cas présent, ce ne sera pas le cas. Mais sait-on jamais ?

J’espère que grâce à mon intervention ils ont maintenant les cartes en main pour choisir leur destin.

 

Ce magnifique vignoble mérite la biodynamie !

Partager cet article

Repost 0
Corinne Comme - dans Divers
commenter cet article

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche