Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 09:14

 

J’ai l’impression que les jours, les mois, les saisons et les années se succèdent à une vitesse de plus en plus grande.

 

Il y a encore quelques jours, on était en août et c’était l’été. Maintenant, on est encore officiellement en été mais ce n’est plus pareil. La preuve, on vient de faire les premiers labours d’automne sur les parcelles de blanc tout juste vendangées.

 

Comme toujours maintenant chez nous, c’est notre nouvelle recrue à chenilles qui a été chargée de l’opération. Et de ce fait, aucun compactage pour le sol.

 

DSC04207 

 

Dans nos sols argilo-calcaires et à cette saison, la moindre pluie rend nos sols in-labourables pendant des jours et des jours. Aussi, on n’a pas attendu d’avoir terminé toute la récolte pour monter la charrue. On a profité de la coupure entre blancs et rouges pour intervenir.

C’est déjà une bonne chose de faite.

 

Mon fils Thomas s’est pris de passion pour ce petit engin rampant. Il a donc souhaité effectuer lui-même l’opération après réglages avec son père. Comme il aime les fruits et les raisins en particulier, il était aux premières loges pour repérer les grappes oubliées par les vendangeurs et qui continuent à rôtir avec plaisir. Il n’a pas son pareil pour saisir les raisins « au vol ».

 

DSC04212

 

Les conditions étaient idéales et la terre se retournait avec bonheur.

Je repensais à la mode actuelle qui veut qu’on ne laboure plus les sols. Comme toutes les modes, elle passera et sera remplacée par une autre mode.

 

Pourtant, le fait de voir le soc faire son travail génère en moi un sentiment de bonheur indescriptible.

 

DSC04219

 

En labourant, on a l’impression de faire du bien à la terre. Il est difficile de faire ressentir l’odeur qui se dégage ; la bonne odeur de la terre que l’on oublie jamais quand on l’a sentie une fois.

 

Cette proximité affective et physique avec la terre nous motive un peu plus chaque jour pour la respecter tout en essayant d’en percer quelques mystères et d’en comprendre des bribes de sa subtilité infinie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Stéphane 14/09/2011 11:26


Ce travail effectué sur le sol, la terre vous le rend par la beauté et la qualité des vignes et des fruits!


le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche