Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 08:08

Semaine après semaine, nous améliorons notre connaissance des abeilles et nous affinons notre sensibilité vis-à-vis de ces insectes si particuliers.

 

Nos ruches sont des nouveaux amis dont on découvre les facettes au fur et à mesure qu’on les côtoie.

Leurs vies antérieures sont toujours présentes par l’étendue du couvain ou des réserves qu’elles possèdent.

Et comme chaque enfant a sa propre personnalité, chaque ruche a sa propre identité ; bien différente de la voisine.

 

Je ne sais pas si l’on peut dire qu’on a commencé dans une mauvaise année car effectivement les conditions météorologiques ont été mauvaises y compris pour les abeilles.

Mais d’un autre côté, les périodes trop favorables ne sont pas les meilleures pour apprendre. Ce n’est que sous la pression qu’on peut aller chercher plus loin.

 

On leur a donné un lieu de vie respectueux de leur besoins physiologiques pour une meilleure santé. Mais comme les enfants sont toujours attirés par les bonbons ; même si ceux-ci sont mauvais pour les dents, les abeilles ne peuvent pas résister au tournesol du voisin !

 ABEILLE TOURNESOL

  ABEILLE TOURNESOL2

TOURNESOLS

Il faut éviter au maximum des nourritures non diversifiées qui affaiblissent les abeilles et les rendent vulnérables aux maladies. Une fois de plus, les jachères fleuries sont une ineptie environnementale…

 

De plus, le tournesol ne donne pas un grand miel. Mais au moins comme il est là en plus des fleurs naturelles de nos prairies, il fournit une source de nourriture importante capable de revigorer des colonies.

C’est plutôt une bonne chose pour l’une d’entre-elles qui s’est toujours montrée plus faible que l’autre depuis qu’on les a reçues.

 

Une chose est sûre, nos abeilles sont très gentilles. Lorsqu’on ouvre les ruches, on pourrait très bien ne pas porter de vêtements de protection.

 RUCHE-copie-2.jpg

Nous apprenons beaucoup à leur contact. C’est un prolongement « animal » de notre engagement biodynamique surtout tourné vers le végétal à travers la vigne et les champignons pathogènes qui lui tournent autour.

 

La vie est effectivement un tout qu’il faut envisager dans sa globalité.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche