Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 17:36

Alors que les vendanges sont maintenant terminées, j’ai tout le temps à consacrer à mes cuves (...entre deux préparation d'expédition).

Celles de blanc ont fini leur fermentation ou sont en bonne voie.

C’est un moment particulier puisqu’il n’y a plus le sucre pour donner la rondeur au vin. Le vin vrai, sans fard !

Les arômes fermentaires sont bien concurrencés par le fruit du raisin.

Dans la dégustation d’un tel vin nouveau, il faut faire la part des choses entre les sensations qui vont passer, telle la vivacité due au gaz carbonique et celles qui vont rester, comme par exemple l’acidité du raisin. Pour les arômes, c’est pareil, il faut en quelques sortes, faire le tri entre le provisoire et le durable.


Durant ma déjà longue expérience de vigneronne, j’ai souvent rencontré des gens qui disaient et aussi pensaient qu’ils savaient déguster des vins jeunes, voire très jeunes. Pourtant, rares sont les non-professionnels, même amateurs avertis, qui savent évaluer au moins dans les grandes lignes, le potentiel d’un vin jeune.

Pour les rouges, il faut ajouter une donnée supplémentaire et fondamentale : la structure tannique.

Chaque jour, voire plusieurs fois par jour, je déguste mes cuves pour évaluer leur évolution et adapter les extractions. Chez moi, cela revient surtout à diminuer toujours plus les extractions pour ne pratiquement plus faire que des macérations.

Les couleurs sont sombres. remontage.jpg

Pour le moment, tout se passe bien.

Les vins de Merlot sont denses et harmonieux à la fois.

Pour les autres cépages, on n’en est qu’au début mais les couleurs sont là aussi au rendez-vous donc c’est la confiance qui m'anime.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche