Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 09:45

 Actuellement, deux projets de production d’électricité photovoltaïque semblent être à l’étude aux environs de notre domaine.

 

Le cocasse ou le pitoyable de la situation vient du fait que dans les deux cas, il concerne des agriculteurs impliqués dans les instances agricoles.

Pour le dossier le plus avancé, les terres concernées ont été achetées dans le cadre d’une installation Jeune Agriculteur et par l’intermédiaire de la Safer, organisme officiel chargé de la redistribution des terres.

 

Dans la commune, on est content car les panneaux solaires constituent la deuxième option après celle qui prévoyait l’ouverture d’une carrière sur les parcelles concernées. Là aussi, quelle grande idée.

Le photovoltaïque, finalement c’est moins pire !

 

Donc notre agriculture, ses dirigeants et ses intervenants les plus représentatifs n’ont pas d’autre idée pour sauver la « ruralité » que de développer des activités non-agricoles comme le tourisme rural ou les panneaux solaires.

Quel succès admirable pour tous ceux qui se battent pied à pied pour ne pas changer le modèle économique qui est en faillite !

 

Les projets verront-ils le jour ? Rien n’est moins sûr malgré tout car EDF freine des quatre fers pour continuer d’être obligé par l’état de racheter cette électricité « verte » à un prix plusieurs fois supérieurs à celui de l’électricité nucléaire.

On est proche des économies planifiées à la soviétique où le politique décide par idéologie et l’impose à l’économie. On a vu ce que de tels systèmes pouvaient donner…

 

Plus l’électricien national achète, plus il perd de l’argent. Cela ne reste possible que si l’électricité « verte » se cantonne à une frange négligeable de la production.

Dans le cas contraire, on ne pourrait pas échapper à des augmentations vertigineuses du prix de l’électricité.

 

Le marché faisant son travail de régulation, les prix de rachat diminuent inexorablement sans forcément respecter les engagements antérieurs, méthode très fréquemment utilisées par l’état qui n’a pas de scrupule à renier sa signature.

 

Je reste hostile au nucléaire, énergie dangereuse et à la gestion « opaque ». Mais on ne peut pas aller à l’encontre de l’économie et pensant que ça va marcher. C’est ce qu’a fait l’état ; à la soviétique.


Donc, on verra ce qu’il adviendra des fermes solaires prévues près de chez nous.


Je ne peux pas m’empêcher de me demander si les agriculteurs en question ont déjà réfléchi à une agriculture de bon sens, rentable et respectueuse de l’environnement et des individus, à commencer par eux-mêmes et leur famille.

Pas sûr…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Iris 08/01/2011 10:03


encore heureux, que vous n'êtes pas sur un sous-sol en schiste, cela pourrait attirer des investigations et investisseurs pas vraiment inspirés par l'esprit des colchoses...: http://bit.ly/dXL7i5


le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche