Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 15:42

 Après les épisodes Corinne aux states et Corinne revient des states, on pouvait penser à un nouveau rebondissement comme dans « Plus belle la vie », du style Corinne repart aux States.

Et bien non ! Corinne doit penser à ses petits raisins qui continuent de dorer doucement au soleil.

 

Petit tour des vignes, à l’origine pour faire des contrôles de maturité. Mais, en goûtant les raisins, l’idée de faire un prélèvement s’est éloignée de mon esprit.
A quoi bon faire une analyse du jus quand on sait en dégustant les peaux des raisins que celles-ci ne sont pas encore mûres. C’est gratuit et bien plus pertinent que les analyses. Et à la fin, c’est bien le vin que l’on boit et pas les analyses.

 

Donc, en quelques jours, les raisins blancs ont bien changé. Les peaux sont devenues plus savoureuses et parfumées.

semillon.jpg

muscadelle.jpgIl est évident que l’on ne commencera pas la récolte cette semaine. Dans 2 ou 3 jours, je referai la même démarche pour voir ce qu’il advient. Le passage pluvieux annoncé pourrait aussi être déterminant s’il décide de durer plus d’un jour ou deux.

 

En fonction de mes observations, je prendrai ou non le téléphone pour prévenir les vendangeurs.

Pour être en règle vis-à-vis de la loi, je dois plutôt dire prévenir les vendangeurs (-euses). En effet dans ce pays de l’expiation et du repentir perpétuels, on se doit de proposer les postes à l’identique aux hommes et aux femmes. Ainsi, il faut recruter des coupeurs/coupeuses et porteurs/porteuses. Comme si la morphologie des femmes permettait de porter le poids des cagettes. Je n’ai jamais vu une femme se présenter comme une porteuse aux vendanges et je pense qu’aucune d’entre-elles dans le pays entier ne s’est jamais sentie discriminée sur ce point. Mais, une personne bien intentionnée dans un cabinet doré parisien a un jour décidé de se faire le défenseur de la porteuse refoulée par l’employeur sexiste.

Une fois de plus, pauvre pays !

merlot.jpg 

Les parcelles de rouge continuent elles-aussi leur lente et sûre maturation. Dans mes parcelles de Merlot, les baies ne semblent pas avoir l’embonpoint que l’on prête à ce cépage cette année.

Au contraire, on a des grains de raisin d’une taille tout à fait normale, c'est-à-dire juste ce qu’il faut pour avoir des vins concentrés.

Là aussi, la période de soleil que nous venons de vivre a beaucoup amélioré les peaux. Elles sont charnues et leurs tanins sont présents mais déjà souples alors qu’on est encore loin des vendanges.

 

Donc, pas de panique. Tout va bien…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche