Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 10:20

La décision est prise, la France va emprunter 35 milliards d’Euro pour provoquer la relance. Je ne sais pas qui a eu cette grande idée semblant sortie d’un autre âge.

Pourquoi se focaliser sur ces « petits » 35 milliards alors que tous les jours, notre pays emprunte déjà environ 700 millions d’euros ( à la louche car un moment donné, trop de zéros ne signifient plus rien...) pour son train de vie ? Au bout de l’année, ces « minuscules » emprunts mis bout à bout représentent quand même 175 milliards d’euros que les générations futures seront chargées de rembourser. Tout cet argent, pour se payer un train de vie bien au dessus des moyens du pays.

Parfois je me demande ce qui pourrait bien se passer si je gérais ma petite entreprise ou mon ménage de cette façon. La réponse est très claire, j’aurais fait faillite depuis longtemps.

Pourtant, l’état n’a pas fait faillite ;  justement parce que c’est l’état et qu’il décide les choses lui-même. Il fait et défait les règles à sa convenance.

Par contre, ce qui est le plus impressionnant c’est que de droite ou de gauche, aucun n’est eu l’idée ou le courage de couper avec cette spirale infernale vieille de 30 ans. Au contraire le phénomène semble s’amplifier.

Pour nous, simples citoyens contribuables, il faut accepter, d’être surveillés et jugés par ces élites de la nation qui ne savent pas équilibrer un budget autrement qu’en contractant un emprunt pour en rembourser un autre. le problème est le manque de courage et d'idées et il est tellement simple de faire payer ceux qui travaillent sans protester.

Si on était à leur place, là haut, ferions-nous mieux ??

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

J-Cl. CAPELLE 15/11/2009 02:20


"Si nous étions à leur place, là-haut, ferions-nous mieux ?"
Nous n'avons pas à être à leur place, Corinne: le pouvoir corrompt, c'est archi-connu! Soyons simplement à la nôtre, à la base de la démocratie. Votons, militons, manifestons, interpelons,
désobéissons pacifiquement, exigeons une écologie politique démocratique en lieu et place du "développement durable labellisé Grenelle" qui ne fait que perpétuer le système libéral et capitaliste
de cosmocratie internalionale, antisociale, technocratique et policiere.
Dans le système qui est le nôtre de démocratie représentative,rappelez-vous bien que nos élus n'ont qu'une idée en tête au lendemain de leur élection: être réélu à tout prix! A TOUT PRIX!


gus 13/11/2009 13:36


Bonjour,je vois qu'on se pose les mêmes questions !
Je prends souvent l'exemple du rafale,ce petit bijou de haute technologie dit on;depuis des années que son idée a été lancée,combien de politiques,de grands patrons,d'ingénieurs et ouvriers ont
vécu plus ou moins grassement sur ce projet?et pour combien de ventes fermes?Le cochon de contribuable a encore le dos large mais la couche de couenne est de plus en plus mince!
Quant à nous dans ce métier,le retour sur investissement doit être rapide et notre banquier "ange gardien" est là pour nous le rappeler.On doit être compétitifs qu'ils disent,surtout face à une
marchandise concurrente étrangère qui sert le plus souvent de monnaie d'échange avec notre quincaillerie nationale !
La boucle est bouclée...


marc Dalbavie 13/11/2009 11:57


Et que pensez-vous des banques qui nous font la leçon de bonne gestion sur de petits découverts... après avoir perdu des milliards d'euros par manque de rigueur... et fait appel à "papa Etat" pour
renflouer les déficits?


le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche