Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 08:56

J’ai été frappée par la publicité qu’une propriété respectable au demeurant, a mis dans un magazine.

Il semble que ce domaine soit en bio, bien que le discours ne soit pas très clair. Par contre, il finit par ça : « passera en culture biodynamique en 2015 ».

Etonnant non ? Comme l’aurait dit Deproges.

 

En quoi, le fait d’envisager de passer en biodynamie dans 4-5 ans peut-il servir la crédibilité d’une exploitation et surtout des vins qui sont déjà sur le marché ?

Le fait de faire une telle annonce plusieurs années avant l’évènement ne montre-t-il pas une volonté uniquement marketing de ce domaine ?

Quand on souhaite dans son cœur passer en biodynamie, pourquoi ne pas le faire tout de suite ? La biodynamie possède tous les « outils » de la bio mais elle bénéficie de ressources bien plus larges, qu’elle seule est capable de fournir.

 

Il y a quelques jours ou semaines, je parlais ici-même des chevaux de trait trop souvent rappelés au service pour des questions bassement commerciales sans véritable souci de la vigne.

Je pense qu’il existe les mêmes dérives avec la bio et plus particulièrement la biodynamie.

Pour preuve, cette dernière se décline aussi maintenant sous forme de « biodynamie raisonnée » ( !!! ). En français dans le texte, on pulvérise éventuellement des préparats biodynamiques mais surtout on conserve une place de choix pour les pesticides. On ne les garde même pas « au cas où », on les garde tout court et tout le temps. Mais on communique largement sur la biodynamie.

Moins grave mais tout aussi gênant, on maintient un essai de biodynamie plus ou moins sincère sur 1 à 2% du vignoble pendant des années sans évolution et on communique uniquement sur cette surface en occultant les 98 ou 99% qui restent...

 

L’homme est ainsi fait. Moi aussi, je dois bien avoir des casseroles qui trainent derrière mes faits et gestes.

Au moins, faut-il rester sincère dans ce que l’on fait, même si c’est imparfait.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Philippe Betschart 08/03/2011 16:59


En effet car je fais de la biodynamie et non de la bio, pour moi la bio n'est pas une étape vers la biodynamie ce sont deux démarches différentes (semblable par leurs objectifs).
Je revendique le droit de parler de mes expériences, même si pour l'instant mes connaissances sont seulement celles d'un enseignant en lycée agricole.
Mais je vois bien le reproche qui sous-tant ses remarques et l'article : Ils veulent profiter de la vague du bio/biodynamie avant même d'avoir fait la certification.
Et bien non, regardé mon site (http://www.lesgravesdeviaud.fr), il n'est fait mention d'aucune démarche bio/biodynamique, juste sur mon blog et mon blog c'est avant tout un journal qui raconte mon
quotidien.


adiren 08/03/2011 15:08


tiens, ça m'a fait pensé à vous...parler de biodynamie avant même d'avoir acquis les bases de la bio...

http://malrome.over-blog.com/article-malrome-chemine-vers-la-biodynamie-68854039.html


Philippe Betschart 04/03/2011 15:11


C'est peut être son délai pour être certifié et il commence maintenant.
Comme moi, je suis en biodynamie depuis cette année, mais avant de me lancer dans le certification je vais attendre 2 ans (il faut prendre ses marque) + ensuite 2 ans pour la labelisation si on est
déjà en bio ; ca fait 4/5 ans ...


le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche