Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 14:36

Vendredi je recevais un négociant en vins qui voulait découvrir Le Champ des Treilles.

C’est devenu une habitude pour moi et c’est très bien ainsi.

 

Pour se faire une idée précise d’un cru, rien de tel qu’une petite visite comprenant surtout un tour des vignes puis bien entendu une dégustation. La visite des chais n’est pas pour nous le point central car le cœur d’un cru doit battre dans son vignoble. Pourtant, bien souvent, les producteurs oublient cet ordre qui devrait être intangible et ne montrent que des cuves et des alignements impersonnels de barriques.

Question de priorité dans la vie…

 

Mes interlocuteurs d’un jour venaient avec un apriori favorable. Tout d’abord parce qu’ils avaient fait la demande pour venir et que je ne leur avais rien demandé.

Ensuite, car ils avaient vu avant moi l’un des plus grands et prestigieux des vignerons de Bordeaux et qui leur avait dit tout le bien qu’il pensait de notre aventure. Parfois, on a de quoi rougir.

 

Une nouvelle fois, j’ai pu répondre aux questions sur la biodynamie et expliquer cette « technique - philosophie de vie » avec des mots simples que les gens semblent avoir compris.

 

C’est toujours un plaisir de voir mes visiteurs satisfaits d’avoir appréhendé un peu mieux ce qu’est la biodynamie au-delà de considérations ésotériques faciles.

Lorsque les mots « décalés » sont laissés de côté et qu’on prend la peine de faire toucher du doigt la profondeur de la biodynamie en la replaçant dans le « tout » du monde et de l’histoire de l’homme.

Là, les interlocuteurs entrent dans une nouvelle dimension dans laquelle la biodynamie prend vraiment toute sa dimension en remisant la pauvreté d’une simple approche « bio ».

Je ne parle même pas de la lutte raisonnée !

 

Bref, un vendredi bien sympathique. Je ne suis pas une vendeuse née aussi lorsqu’on ne parle que très peu de tarifs et de ventes, je me sens très à l’aise.

Une vente, c’est avant tout le résultat d’une démarche sincère de présentation de ses vins, c'est-à-dire de son cœur et son âme dans un terroir donné. 

Le reste, c’est un métier et ce n’est pas le mien !

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche