Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 17:45

J’ai ramassé hier les derniers Cabernets sous un ciel chargé mais sans pluie.

Maintenant, on peut dire que la « récolte est rentrée » ; selon l’expression consacrée.


En regardant en arrière, effectivement, on peut constater que cette récolte fut vraiment à part.

Elle s’est étalée sur plus de 5 semaines avec finalement peu de jours de vendange et beaucoup de temps d’attente.

 

Je passe sur la grêle qui a marqué définitivement le millésime pour nous en mettant quelques cuves de vinification en vacances pour une année.


Les conditions particulièrement sèches et durables pour ont permis d’atteindre des maturités que peu de millésimes peuvent revendiquer. Heureusement pour nous car l’effet retardant de la grêle s’en est trouvé largement compensé.

 

Pourtant, les températures souvent fraiches, particulièrement la nuit, et même une gelée blanche en ce début de semaine ont laissés les degrés et les acidités à des niveaux, certes confortables mais permettant d’obtenir un vrai équilibre qualitatif.

 

Les derniers labours d’automne (dans les parcelles vendangées hier) se feront aujourd’hui et la vigne sera prête pour revêtir son habit d’automne dans la sérénité.

 

Elle et moi allons retrouver une douce quiétude bien agréable et qui donne envie d’en profiter.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Franck PASCAL 22/10/2010 08:42


Bonjour Corinne,

je suis content que tu sois comblée par les vins en devenir de tes vendanges 2010. J'ai très peu suivi ton blog cette année car il y avait beaucoup de travail ici. Plus que les autres années en
raison des retards de livraison de matériels par nos fournisseurs.
Je viens d'apprendre que tu as grêlé. Je te souhaite une années climatique 2011 meilleure que cette année.
Enfin, je te remercie pour la couleur rouge, elle nous a été d'une grande utilité. Bon courage pour la suite !


le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche