Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 17:59

 

 

Je ne suis pas experte en communication mais dans ce domaine, j’ai quelques notions qui me suggèrent de ne jamais être négative.

Aussi, j’aurais pu intituler ce post « la pluie est arrivée ». Mais tout de suite, on pourrait générer dans l’esprit du lecteur une suspicion de mauvaise qualité. Aussi, je préfère mettre l’accent sur la fin des vendanges de blanc.

 

On aurait pu les avoir sans pluie et dans l’ambiance estivale qui a été celle de presque tout le mois. Mais voilà, les nuages noirs ont déversé des gouttes de pluie sur les dernières parcelles restant encore à rentrer.

 

Leur incidence aura été négligeable car l’état sanitaire était encore parfait avec des peaux épaisses. Mais il a fallu ressortir les imperméables.

Dans ces conditions, tout devient plus fastidieux et plus risqué. Les gestes sont moins habiles et demandent plus d’efforts.  La vision est rétrécie avec les capuches et il faut donc être encore plus vigilant que d’habitude pour soi-même et pour les autres.

Avec la boue qui a aussi fait son apparition, il faut faire attention de ne pas glisser.

Bref, la vendange est toujours plus agréable sous le soleil !

 

Heureusement, c’est du passé. Il ne reste que les bons moments passés avec une petite équipe soudée et très efficace. Elle a supporté les averses avec une détermination qui m’a émue.

 

Maintenant, on est en pause pendant quelques jours. On espère que d’ici là, le soleil reviendra pour les cépages rouges qui attendent encore leur tour sagement. J’ai confiance en mes parcelles et je sais qu’elles sont peu sensibles à la pourriture. Mais il convient de rester vigilant.

 

Pour le moment, il faut savourer cette première étape franchie dans la récolte 2012 : 1/3 du vignoble est vendangé !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche