Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 08:07

Et oui, déjà un mois que j’ai commencé les vendanges avec les premiers raisins de Sauvignon.
Un mois après, j’ai toujours mes Cabernets, surtout des Francs, à récolter la semaine prochaine.

 

L’an dernier, du premier au dernier jour, il s’était écoulé exactement un mois. A l’époque, j’avais écrit un petit article à ce propos tellement tout cela me paraissait long !

 

Cette année, cela devrait durer 1 semaine de plus (avec une demi-récolte en volume).

A ce rythme là, dans peu d’années on devrait finir la récolte avec les déguisements d’Halloween, le 31 octobre. Puis vers la fin de ma carrière, avec les cotillons de Noël !

 

Heureusement, on a le temps de récupérer un peu entre les jours de vendange qui sont particulièrement éprouvants.

 

Pour le moment, les vinifications se passent bien.

Les blancs, un mois après, fermentent toujours doucement, à un rythme de sénateur pourrait-on dire ; même si actuellement avec le réforme des retraites à voter en hâte, les sénateurs semblent avoir mis le turbo.

Ce n’est pas le cas de mes blancs et grand bien leur fasse car ils sont superbes.

 

Les rouges, eux-aussi fermentent et macèrent. La première cuve arrive dans la ligne droite finale ; encore quelques jours et elle n’aura plus de sucre.

La dernière fait son petit bonhomme de chemin et a déjà parcouru la moitié de la distance.

 

La cuve de Petit-Verdot a une couleur que l’on peut qualifier d’ « encre foncée » !


Je profite du temps libre entre deux contrôles de température, pour faire des caisses car heureusement, les commandes ne connaissent pas de répit.

 

Une visite du domaine de temps en temps avec des cavistes ou des amateurs ; histoire de garder un lien social.

 

Bref, tout roule.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Constand François 18/10/2010 15:52


Bonjour,
D'abord permettez moi de me présenter car nous nous sommes déjà recontrés. A l'époque j'ai travailé peu de temps pour le CANSEA et j'étais venu faire votre dignostic d'exploitation pour votre CTE.
Et surtout je suis de Saint André et Appelles (aux Chapelains). Aprés avoir pendant 15 ans pollué les sols de Gironde avec mes fonctions de régisseur de domaine, je suis parti à Perpignan où des
gens commes Gérard Gauby m'ont ouvert les yeux.
J'ai en charge maintenant tous ce qui concerne l'AB dans le Languedoc Roussillon au niveau de l'INAO.
Je me permets de vous écrire suite à votre papier sur la certification. Tout d'abord, la réglementation eupéenne ne s'apprete pas à être revue danns un avenir proche, il n'y a aucun projet en ce
sens, j'ai consulté le comité national bio à paris.
En ce qui concerne la possibilité d'avoir du bio ou du non bio pour une même production sur la même exploitation, c'est toujours interdit."En production végétale :
La mixité (Bio et non Bio ou Bio et
conversion) sur des mêmes variétés ou des
variétés difficiles à distinguer est interdite."
Toutefois il existe des dérogations qui sont utilisés, notamment en vignes lorsque les exploitations achètent des vignes pour s'agrandir ou effectue des plantations sur des terres nouvellement
achetées. Dans ce cas là, une dérogation est demandé à l'INAO (Langudoc Roussillon, c'est moi) et le producteur s'engage a avoir un plan de contrôle renforcé (Notamment avertir 48 h avant la
récolte) et s'engage à avoir ces terres en AB sous 5 ans. (Ce délai est un peu long...)
Je me tiens à votre disposition si vous voulez des renseignements supplémentaires.
Si c'est possible, j'aimerais beaucoup regouté vos vins; Je serais en pays foyen pour les fêtes de fin d'année.
En tout cas , bravo pour votre travail à Jean-Michel et vous-même.
Bien cordialement
François Constand


le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche