Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 14:44

vigne-hiver.jpg

 

 

Les feuilles sont tombées et l’hiver est presque là.

Pour la vigne, c’est cette mort annoncée qui est arrivée.

Ce n’est pas vraiment une mort mais un assoupissement car au printemps prochain, elle va renaitre pour un nouveau cycle de vie.

Nous l’avons accompagnée dans cette voie pour qu’elle puisse y aller dans la sérénité.

Elle a fait son cycle de vie et celui-ci intègre aussi le fait de mourir.

En partie grâce à nous, elle s’est donc éteinte dans l’apaisement.

Ainsi, au printemps elle renaitra dans le même état d’esprit.

 

Le moment de la taille est donc venu. Opération délicate et indispensable qui conditionne la production future du cep mais aussi et surtout son avenir.


Souvent, nous comparons le pied de vigne à un enfant qu’il faut éduquer.

Une bonne éducation est faite de quelques règles incontournables. Une éducation sans règle, telle qu’on nous la présente parfois, n’est plus une éducation. Le fameux slogan « il est interdit d’interdire » qui permet de cautionner toutes les dérives !

 

Dans la vision que nous avons des relations entre le vigneron et le pied de vigne, la taille est une étape dans l’éduction. C’est une règle qu’il faut imposer au cep pour qu’il puisse continuer à produire des raisins. Sans la taille, il n’y a plus de viticulture car plus de vin. On passe dans autre chose mais plus dans notre métier.

 

Et au-delà de deux ou trois règles indispensables, l’éducation telle que nous la voyons, c’est surtout de laisser la vigne s’exprimer et exprimer qui elle est sans contrainte.

Il faut la comprendre et l’aider à définir sa propre identité en l’accompagnant telle un enfant sous le regard bienveillant et rassurant de ses parents.

Partager cet article
Repost0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche