Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 18:27

Je viens de mettre en bouteilles, le Vin Passion 2012 et le Grand Vin rouge 2011.

Depuis quelques jours, c’était à la fois la course et le stress.

La course car il fallait tout organiser ; c’est-à-dire commander les matières sèches, surveiller le suivi des préparations, vérifier leur date de livraison,… Il ne faut pas oublier qu’il a fallu filtrer le blanc dans la semaine dernière. N’ayant pas trois fois le volume de cuverie nécessaire, j’avais préparé un programme de transfert de vin pour ne pas avoir à le repomper inutilement.

Le stress, c’est parce que quand on dépend des autres, on ajoute une incertitude supplémentaire. Je n’oublie pas non plus qu’il y a deux ans, au cours de la même opération de filtration, le vin blanc avait été contaminé par le filtre. Donc, quand je sais que cette machine doit venir, j’ai toujours une boule à l’estomac…

Mais stress aussi car j’ai toujours peur d’avoir fait une erreur, qu’il se passe des choses imprévues (et en général négatives).

L’an dernier, la mise en bouteilles avait été différée pour cause de neige. Cette année, le suspense a été maintenu jusqu’au dernier moment car lundi matin, jour de mise en bouteilles, il neigeait au lever du jour. Certes pas assez pour perturber le chantier, mais en ouvrant les volets, je ne savais pas ce qui se passait ailleurs, ni comment les choses allaient évoluer.

C’est donc avec un soulagement palpable que j’ai aperçu la silhouette du camion de mise en bouteilles. Etant là, ils allaient bien se mettre en chantier. Ensuite, allaient-ils pouvoir repartir ? Ce n’était plus mon problème…

Heureusement pour eux et pour moi, tout s’est bien passé. Les bouteilles sont sagement à leur place en attente d’être reprises pour les étiqueter.

Mes estimations de bouchons et bouteilles étaient bons. J’avais suffisamment de casiers métalliques vides pour les recevoir. Il faut dire que le bâtiment de stockage était presque vide. Le seul vin présent, le Petit-Champ 2011 est déjà pratiquement tout parti. Il ne reste qu’une poignée de casiers qui sont déjà retenus. Il y a encore peu d’années, il fallait calculer au plus juste les besoins en casiers vides et parfois même appeler un client pour lui demander gentiment de retirer une palette, histoire de vider un casier pour compléter nos stocks de casiers vides.

Une année, j’en ai même emprunté à un voisin car je n’avais pas ce qu’il fallait, ni l’argent pour en acheter…

Heureusement, les choses ont bien changé.

Les deux vins, tout juste mis en bouteilles, sont déjà en grande partie retenus par mes clients.

Là aussi, quelle satisfaction et quelle tranquillité d’esprit !

 

Mais maintenant, il reste à recevoir les étiquettes et conditionner le tout.

 

Du travail en perspective pour tous nos week-ends de cette fin d’hiver et du printemps ; sans oublier l’été…jusqu’à la prochaine mise en bouteilles de l’automne !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche