Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 09:41

 Les conditions pluvieuses que nous vivons ont eu une répercussion positive pour nous : nous avons pu confirmer le bien-fondé de l’achat de notre petit tracteur à chenilles.

Il était arrivé pour nous assister en cas sols détrempés lors des traitements. Mais pour l’instant, sa fonction première n’avait pas été mise en valeur et il avait surtout fait du travail du sol.

 

Mais là, il a vraiment traité et a totalement rempli sa mission dans des conditions particulièrement délicates.

N’ayant jamais pratiqué ce sport, Jean-Michel, en charge de  la mission est d’abord allé s’entrainer « à vide » car les virages en bout de rang à la vitesse de traitement, le bruit du moteur accéléré, le sol instable,(…) tout est propice à faire monter la tension.

  traitement chenille2

La mission a été accomplie sans dégât pour le vignoble et même des empreintes au sol presque insignifiantes.

Par contre, il va falloir du temps pour nettoyer le train de chenilles !

  traitement chenille1

Pour les vignes à 1m, il n’y a pas d’autre solution que le passage à la main.

Cette fois, nous avons fait l’achat d’un appareil pneumatique à dos. La dernière fois que nous en avions utilisé un, c’était un prêt et il avait fallu deux ou trois jours pour avoir l’idée de trouver un pulvérisateur à dos.

Maintenant, il va être là en permanence et nous pourrons intervenir très rapidement quand bon nous semble sans avoir à faire des incantations pour que le soleil sèche suffisamment les sols pour que le tracteur puisse passer.

 

Malheureusement, une part de notre vignoble a été gelée la semaine dernière. Pour être totalement sincère, c’est la raison pour laquelle je n’étais plus intervenue ici-même. Les années qui passent ne changent pas le sentiment qui nous envahit quand le vignoble est atteint. C’est toujours aussi dur à supporter et dans ces cas là, on n’a pas trop envie de parler.

 

Pourtant, comme le rappeler un ami vigneron, « show must go on » ! Et donc me revoilà ; encore blessée mais avec la volonté d’aller de l’avant.

 

Dans cette période météorologiquement troublée, je dois être doublement concentrée et doublement motivée.

 

Pour parler de choses positives, j’ai toujours autant de demandes de tarifs ou de collaborations de la part de professionnels du vin. Chaque fois, je suis obligée de répondre que je n’ai plus rien à vendre.

Ce n’est pas sans une certaine jouissance que je vois revenir vers moi des gens que j’avais sollicité il y a quelques années et qui n’avaient pas donné suite.

 

Maintenant, ils sont demandeurs et c’est une grande satisfaction. Preuve que le travail paie !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche