Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 13:10

Il y a quelques jours que je n’ai pas fait vivre ce blog qui d’ordinaire ne s’endort jamais très longtemps.

 

Avec le printemps et la vigne qui pousse, il faudrait être capable de se diviser en deux ou trois pour pouvoir tout faire.

Dans mon cas, ce serait un problème car il ne resterait guère que 10 à 15 kg dans chaque part et je ne suis pas sûre que ce serait suffisant pour porter des caisses de 20 kg !

 

Dans les vignes, c’est la période de l’épamprage. Il bat son plein. Je ne sais pas quelle est la part de l’année et celle des soins apportés à la vigne dans les années précédentes, mais il semble que cette année, il y ait beaucoup moins de pampres à enlever. On verra bien l’an prochain…

Nous avons tout juste commencé le travail du sol car les conditions météo ne permettaient pas de travailler correctement jusqu’à présent.

 

Par contre, il y a toujours des expéditions à préparer. Et heureusement !!!!!!

Le week-end dernier, nous avons fait aussi de « l’épicerie », c'est-à-dire de petites commandes qui nécessitent de monter et démonter l’étiqueteuse pour quelques caisses ou quelques bouteilles. Souvent ces opérations sont plus longues que l’étiquetage proprement dit. Mais c’est le métier et je ne me plains pas.

Il y a aussi des commandes plus grosses.

Toutes sont bonnes à prendre.

Nous avons eu aussi à enlever les étiquettes sur 240 bouteilles pour lesquelles je m’étais trompée de millésime. C’était pendant les vendanges. J’étais avec mon panier dans les vignes et le transporteur m’a appelé pour venir prendre une commande qui était prévue pour plus tard.

Pour être gentille, je lui ai dit oui alors que je n’avais pas le temps et que mon esprit était occupé ailleurs.

Bilan, j’ai pris le mauvais casier pour la bonne étiquette. Le vin est parti puis revenu. On n’a pas gagné de temps et j’ai du assumer ma bêtise.

 

Enlever étiquette et contre-étiquette est une opération longue et inintéressante au possible. Mais il faut expier ses fautes !!

 

On peut ajouter à cet emploi du temps chargé des visites du domaine et du temps passé à expliquer comment on travaille et quelle philosophie se cache derrière notre projet.

 

Enfin, il y a aussi la vie de maman qui est prenante et qui ne diminue pas avec l’âge des enfants ; bien au contraire !

 

Finalement, la seule qui était calme jusqu’à présent, c’était la vigne. Freinée par les températures fraiches, elle a été conciliante avec cet emploi du temps chargé.

Elle et moi, on s’entraide...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

anne marie 17/10/2010 21:33


Quel bonheur de vous lire, en balade de blog en blog, je suis arrivée « chez vous « –un blog c’est dans son fondement une partie de sa vie intime dévoilée- et de message en message je suis tombée
sur celui là qui m’a bien interpellé, ah le temps des vendanges et les erreurs que l’ont fait : croyant faire vite, mais si vite que l’on perd un temps fou. J’ai une membrane d’une cuve de 3000
litres qui se rompt, je vis à l’étranger et je dois compter 2 semaines pour la remplacer, donc je commande la dite chambre à air et quand après 2 longues semaines elle arrive, je la vois si petite
que je ris –rouge, vert, et m’en étouffe de rage-, regarde ma commande et oui erreur de ma part 300 au lieu 3000 et ma cuve qui ne peut servir à rien pendant 1 mois, Bienvenue au club des étourdies
des vendanges.
Encore bravo


le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche