Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 11:26

 Ce week-end, j’ai profité de la présence de toute la famille pour décuver la cuve de Petit-Verdot et la cuve de Cabernet Franc.

La première, de petite taille avec seulement 25 hl est parfaite pour la sélection des lots et c’est la raison pour laquelle nous l’avons achetée.

Cependant, pour la vider, c’est un peu compliqué. C’est tellement exigüe à l’intérieur qu’un adulte ne peut pas tenir debout.

 

 

décuvage1 

 

decuvage2.jpgPourtant, Jean-Michel y est entré ne voulant pas que j’y aille à sa place.

En un quart d’heure, l’affaire était dans le sac.

 

Pour la deuxième, ce fut nettement plus long car elle avait une capacité pratiquement quatre fois supérieure à l’autre.

Il a donc fallu remplir deux cages pressoirs mais on y est arrivé.

 

Chez nous, l’évacuation du marc sec, à la sortie du pressoir, reste une opération très manuelle.

Ce n’est pas le « Nowat » de nos collègues de Provence, mais on s’en rapproche fortement !

Courbatures garanties le lendemain…

 decuvage3.jpg

Heureusement, là aussi mes deux hommes forts ont rapidement chargé à grands coups de pelle à main.

 décuvage4

Puis, le lendemain, il y a eu le nettoyage final du pressoir. Là, c’est mon travail. Je reste la spécialiste mondiale de l’opération.

On n’y pense jamais, mais le nettoyage d’un pressoir, c’est au moins une heure de travail après une utilisation.
Lorsqu’il s’agit de le préparer à l’hivernage de fin de campagne, il faut compter au moins deux heures.

 

C’est une chose que l’on ne voit pas de l’extérieur mais qu’il faut bien effectuer si on veut travailler dans une hygiène correcte.

 

Et le vin ?

 

Il attend tranquillement dans les cuves que la fermentation malolactique décide de débuter.

 

Comme de bons parents, on ne le forcera pas.

Et comme il est raisonnable, il sait ce qu’il a à faire…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eric B 16/11/2010 12:12


Vous vous compliquez un peu la vie, tout de même ;o)

Il y a moyen d'adapter le bac sous le pressoir pour qu'il puisse être embarqué par le tracteur et vidé plus loin... (vu chez pas mal de producteurs, dont Jonc Blanc).


le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche