Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 10:09

Une fois de plus, c’est en feuilletant les revues spécialisées viti-vini, que j’ai eu cette sensation.

Les essais divers et variés pour trouver des compléments aux pesticides ou même pour faire de la lutte bio sont toujours basés sur les bases idéologiques qui mettent la priorité sur la lutte contre les ravageurs ou les insectes.

Donc, on fait de la lutte raisonnée.

Mais pourquoi ne pas raisonner les relations que nous avons avec les champignons ou les animaux sans pour autant se transformer en guerrier ?

C’est tout le problème de formatage culturel ou idéologique ; à tout problème correspond une un tir de missile. On est attaqué alors on réplique.

Logique mais un peu restrictif.

Parfois, on envoie le missile préventivement histoire de ne pas avoir à subir l’attaque.  Sauf que, on ne se demande jamais quelle était la logique qui amène le « camp adverse » à nous attaquer. On ne se demande d’ailleurs pas s’il y a bien un « camp adverse » avant dégainer.

On ne se dit jamais non plus, que peut-être que notre missile a pu avoir des effets collatéraux qui vont dérégler quelque équilibre subtil et précaire, qui nécessiteront encore plus de missiles pour « rétablir la situation ».

Mais ce n’est pas grave, on a une grosse réserve de missiles et on trouve pléthore de fabricants tout disposés à nous en fournir et à nous aider à les utiliser ; dans notre intérêt bien-sûr.

J’arrête là car j’ai l’impression de faire…de la géopolitique !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marc 17/02/2010 19:16


Et oui, notre idéologie dominante, c'est la compétition et l'agression. Même la nature n'est vue qu'à travers la compétition entre les espèces...! Quid de la symbiose, pourtant si importante dans
le monde naturel et humain. Que des espèces végétales et animales vivent en harmonie grâce à des comportements symbiotiques... bof, çà n'a pas d'importance. L'agricultureur est devenu un
utilisateur d'armes de destructions massives. Tout est danger dans la nature... quelle folie!


le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche