Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 08:56

Hier, c’était le traditionnel déjeuner qui clôture les vendanges. Les noms varient d’une région viticole à l’autre et même d’une petite région à l’autre. Pour nous, c’est la Gerbebaude.


Tous les ans, on reste fidèle à ce rituel qui permet de partager quelques moments supplémentaires avec les vendangeurs dans des conditions plus détendues que celles de la récolte.


C’est un moment simple et sincère ; à l’image de la décoration de table.

 

table.JPG

 

Le menu n’est pas celui d’un trois étoiles. On est plutôt dans la bonne cuisine de terroir avec l’incontournable plat de charcuterie qui, le reste de l’année, ne fait pas partie de mes habitudes !

 

Le noyau de mon équipe vient depuis le début de notre aventure. Avec le temps, des liens se sont tissés.

A la vigne, au tri, au lavage des cagettes, (…) chacun a une tâche bien spécifique depuis plusieurs années et je l’espère pour longtemps encore.

Et même pour ce repas, il y a un rituel dans la préparation où chacun à un rôle précis à jouer.


C’est ce qui fait la force de l’équipe. Certaines têtes nouvelles viendront se souder au groupe, d’autres passeront.

 

Ce repas est aussi une vraie étude sociologique car on peut mieux cerner le parcours des gens ainsi que leur personnalité vraie. Souvent, après un verre de vin, les personnes se "lâchent" plus facilement.

Parfois, on apprend des choses amusantes,  parfois de vrais drames qui ont émaillé leur vie. Et, je ne ressors jamais totalement indifférente, ni tout à fait la même.

 

Ce petit moment de vie fut donc une réussite pour clôturer une vendange 2011, physiquement éprouvante comme toutes les vendanges, mais excitante (comme toutes les vendanges) et pleine de promesses,…comme toutes les vendanges.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche