Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 11:31

J’aurai pu intituler ce message fin officielle de la récolte 2012 car nous avons fini de ranger le matériel de récolte qui n’avait pas encore rejoint sa place du reste de l’année.

Le matériel en question, c’était surtout le pressoir qui demandait un vrai nettoyage final et un petit entretien avant de le remiser.

S’il est une chose à ne pas faire, c’est de ranger un appareil qui n’est pas totalement opérationnel. Sinon, l’année suivante au moment de s’en resservir, on se rend compte qu’on avait totalement oublié ce détail et il faut en hâte le remettre en état.

 

Après nettoyage, est venu le temps de pousser la bête dans le garage. C’est une opération qui nécessite toujours l’aide des enfants. Signe des temps, il en manque toujours un au rendez-vous car ils vivent leur vie, comme on dit…

Il faut donc redoubler de force et de dextérité pour le « pilote » qui en plus de pousser guide la direction de l’engin roulant.

 

Je me souviens de nos premières années de vignerons, quand il n’y avait pas un mètre carré de surface bétonnée et qu’on devait déplacer le pressoir sur la terre battue. L’un tirait avec le tracteur tandis que l’autre tenait tant bien que mal la direction des roues pour orienter le déplacement.

Hors période d’utilisation, le vieux pressoir était couvert d’une bâche en plastique comme unique abri. Le marc pressé était véhiculé sur le bord de la route dans une sorte d’énorme brouette à deux roues que je peinais à pousser ou à tracter dans l’herbe de la prairie qui entoure la maison. Mes articulations s’en souviennent encore !

Tout était lourd et fastidieux. Il fallait redoubler d’efforts pour conserver les tuyaux et le reste du matériel propres. Pourtant, on n’était pas découragé. La force de la jeunesse…

 

Aujourd’hui, tout est bétonné et propre. J’apprécie ce confort simple à tout moment.

 

La cour de l’exploitation a donc retrouvé son aspect d’origine, sans le pressoir.

Cela faisait deux mois que l’on avait fait le chemin inverse en sortant le pressoir.

 

C’était hier et c’était il y a une éternité. Difficile à dire…

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche