Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 16:35

Pour la première fois depuis plusieurs semaines, nous avons pu passer 24 heures ensemble les enfants, Jean-Michel et moi.

Il y avait comme un parfum d’après-vinification.

 

Jean-Michel s’est octroyé un jour de repos après plus d’un mois passé à Pontet-Canet sans regarder à côté.

 

En le voyant revenir à Margueron samedi soir, pour la première fois depuis 5 semaines, lui et moi avons eu le souvenir de la dernière fois que nous nous y étions vus.

C’était encore presque l’été grâce à une arrière saison chaude et sèche.

 

Maintenant, c’est presque l’hiver avec la pluie et les feuilles qui tombent.

Entre les deux moments, c’est le trou avec les vendanges qui nous ont gardés la tête dans le guidon ou plus exactement dans les cuves au point de ne rien voir du temps qui passait.


Alors là, on en a profité.

Il y a encore quelques remontages car les Cabernets n’ont toujours par fini leur fermentation. Mais c’est nettement plus calme. Les températures ne montent plus comme en début de fermentation donc on peut s’éloigner un peu des cuves sans état d’âme.

 

Pour lui changer les idées, Jean-Michel m’a aidé aux remontages et à la mise en caisses…

Les enfants ont mis une dernière main à leur travail scolaire.

 

Puis, on a tout simplement passé du temps tous les quatre.

 

Comme beaucoup, j’ai fleuri dans la journée les tombes de mes parents. Mon papa s’en fichait. Mais maman, très croyante aurait été horrifiée en pensant que sa tombe puisse ne pas être fleurie le jour de la Toussaint.

Je n’attends pas ce moment pour penser à eux très tendrement mais d’une certaine façon, j’ai rassuré ma maman là où elle est.

 

Maintenant, Jean-Michel et les enfants sont repartis vers leurs occupations respectives.

Nous sommes de nouveau séparés pour quelques jours de plus.

 

Il me reste malgré tout le souvenir de ces quelques heures volées à la récolte 2010 ; mais de vraies bonnes heures.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche