Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 09:56

Avec la rentrée et l’approche des vendanges, les commandes tombent les unes derrière les autres. Pour être plus confortable dans mon organisation de travail, je préfère les préparer avant le début de la récolte.

Changements fréquents de lots, d’étiquettes, de capsules et surtout de contre-étiquettes avec les mentions légales, le nom de l’importateur,… Bref tout ce qu’il faut pour se tromper si on n’est pas totalement concentré sur son travail.

Donc peu de temps libre pour regarder l’automne s’installer doucement sur la nature.

Et la vigne dans tout ça ? Elle est entrée dans une phase de « pilotage automatique » où elle n’a plus trop besoin de nous pour le moment.

Après avoir terminé notre travail hier, nous avons profité du beau temps pour faire un « tour du dimanche ».

C’est un tour des vignes sans contrainte, sans travail particulier à réaliser et sans emploi du temps serré à respecter. Une promenade du vigneron qui profite de sa vigne.

C’est une bonne manière de prendre le pouls du vignoble, de voir ce qui va, ce qui ne va pas, d’envisager les petites corrections nécessaires ou au contraire les projets les plus fous.

Les raisins changent un peu tous les jours. Avec les quelques pluies récentes, ils ont aussi pris un peu de volume.

Les blancs ont beaucoup progressé en quelques jours. Ils sont très aromatiques mais ni les peaux ni le jus ne sont encore à bonne maturité. Pourtant, les pépins sont croquants, presque comme s’ils avaient été torréfiés. C’est normalement ce qui se passe quand ils sont mûrs.

Les rouges avancent eux-aussi. Les vignes sont exactement comme je les aime. Les feuilles sont d’un beau vert tendre. Une couleur apaisée pourrait-on dire et qui tranche avec le vert sombre des vignes environnantes. Dans notre vision du cycle de la vigne, celle-ci doit entrer maintenant dans les dernières phases avant la mort programmée. Il n’est plus question de faire de nouvelles feuilles mais au contraire de se concentrer sur ses raisins pour leur transmettre l’identité du lieu, l’âme du lieu.

Les peaux évoluent elles-aussi et deviennent très gouteuses.

La faible quantité de raisin, donne une aération plus que parfaite de toutes les graines.

Cela laisse entrevoir une belle matière.


Il convient donc d’attendre dans la sérénité…

Les vendanges approchent

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche