Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 17:09

Depuis quelques années nous assistons à la multiplication des cuvées chez beaucoup de vignerons. Cépages, terroir particulier, mode de vinification, (…) tout est prétexte à créer une nouvelle cuvée.

Certaines ont un intérêt, d’autres moins. Certaines trouvent un public, d’autres moins.

Pourtant, alors que nous continuons d’avancer dans cette voie de la biodynamie, ma réflexion m’amène dans la direction inverse.

La biodynamie à l’origine, c’est l’organisme agricole c’est-à-dire une ferme autonome vis-à-vis de l’extérieur. L’apiculture biodynamique, c’est aussi l’organisme-ruche.

Chaque partie de l’organisme fait partie du « tout », participe au bon fonctionnement du « tout » mais ne peut pas être envisagée indépendamment du « tout ».

Dans ce schéma de pensée, la viticulture est un peu en marge de la biodynamie originelle et on doit tendre vers cette logique de globalité et d’organisme agro-viticole, si on peut dire. Mais là n’est pas le sujet du jour.

Après plus de 10 ans de biodynamie, j’en arrive à penser qu’un vignoble doit aussi être considéré comme un « organisme », c’est-à-dire une globalité et que chaque terroir qui le compose doit amener son originalité, sa spécificité pour participer à l’harmonie d’ensemble. Le but ultime étant de ne produire qu’un seul vin, qu’une seule étiquette ; synthèse de l’ensemble.

C’est déjà le cas à la maison avec le vin blanc, le Vin Passion, qui a remplacé ou plus exactement s’est imposé au détriment des deux vins distincts que nous produisions avant. Le Vin Passion a tout de suite connu le succès d’estime de notre part et commercial par la suite car il émane de lui une sorte d’harmonie apaisante ; ce qui n’était pas le cas chez ses prédécesseurs.

Pour les vins rouges, nous sommes toujours sur le schéma de deux vins, le Grand-Vin et le « Petit-Champ ».

Chacun d’eux est déjà la synthèse de divers cépages et terroirs qui se complètent là aussi avec une belle harmonie.

Mais, mon âme de vigneronne biodynamique ne sera totalement apaisée que lorsque ces deux vins ne feront plus qu’un seul ; synthèse la plus aboutie de ce que nous sommes.

Ce moment arrivera-t-il un jour avec la fusion des deux étiquettes commercialisées en une seule ?

Honnêtement, je ne le sais pas car ma distribution a ses habitudes et il convient d’agir avec précaution pour ne pas faire chanceler un édifice que l’on a mis des années à construire.


Au moins, pour le moment, la question est posée. Les choses qui doivent se faire arrivent toujours quand c’est le bon moment ; comme une évidence. Avant c’est trop tôt, après c’est trop tard.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche