Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 10:06

Ce n’est pas un scoop que d’annoncer après les vendanges que les moûts fermentent. Mais quand ça arrive, un vigneron est toujours content de l’annoncer à tout le monde. C’est comme ça ; la fierté et peut-être aussi une façon de se dire à lui-même qu’il y est arrivé et que le vin est là, presque papable.

 

Dans le chai et même dans la maison attenante, les odeurs ont changé. Les arômes de fermentation envahissent tout. Comme toujours chez nous, la fermentation a débuté seule "quand c'était le bon moment".

Pour le moment, le parfum d’ambiance c’est agrume, pamplemousse pour être plus précis.


Chaque année est différente de toutes les autres. On croit toujours pouvoir la rapprocher de telle autre pour certains aspects, mais ce n’est jamais totalement la même chose.

 

La caractéristique du blanc 2011, jusqu’à maintenant, c’est la difficulté que nous avons eue pour clarifier les jus ; du jamais vu au Champ des Treilles.

Heureusement, rien de grave.

 

Pourtant, dans les relations subtiles que nous entretenons avec la vigne et le vivant au sens large, on est toujours enclin à se demander si un détail nouveau ou différent pour le vin n’est pas le résultat d’une action que nous avons pu avoir dans la vigne et dont nous n’avons pas forcément maitrisé toutes les conséquences.

 

Comme je le dis toujours, le vivant est une sorte de grande toile d’araignée. Chaque fil aussi fin soit-il, a sa propre signification dans l’équilibre global. On ne peut pas agir sur l’un sans modifier l’ensemble. C’est une leçon d’humilité permanente.

 

Mais pour l’instant, l’heure n’est pas à la philosophie mais plutôt à profiter de ce vin nouveau en devenir qui embaume mon environnement et qui excite mes papilles.

 

Vivement la mise en bouteilles…

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 07:21

 Comme je l’avais annoncé, j’ai commencé mes vendanges mercredi, il y a une semaine, avec le Sauvignon blanc.

Le temps menaçant ne nous a pas quittés et c’est avec détermination que nous avons aligné 3 jours de récolte sans trop relever la tête et en gardant toujours un œil anxieux vers les nuages noirs. L’atmosphère était extrêmement lourde, rendant le travail très pénible.

 

Heureusement, il n’a pas plu jusqu’à la coupure du week-end malgré des risques forts, voire même des alertes grêle. De ce côté-là, on a donné l’an dernier.

 

Ce début de semaine, nous avons terminé le Sémillon avant de conclure par la Muscadelle.

Finalement, on n’a pas eu une goutte de pluie pendant tous ces jours de travail. Cela tient du miracle dans cette année particulière.

 

Les vendanges du futur Vin Passion 2011 sont donc terminées.

 

Cette année, j’avais souhaité une petite équipe pour le blanc. La recherche de la maturité optimale de chaque parcelle nécessitait d’aller lentement.

Avec trois cépages et différents terroirs, on multiplie forcément le nombre de combinaisons et donc les différences de précocité.

 

Pourtant, petite ou grande équipe, le nettoyage du soir est toujours le même, long, fastidieux et méticuleux.

 

Comme tous les ans, le pressurage a été laborieux. Est-ce l’effet de la biodynamie avec la présence de peaux différentes ? Je suis convaincue que les peaux qui ont maintenant un toucher tactile soyeux, rendent le pressurage plus fastidieux.

 

Le jeu en vaut la chandelle car aussi bien en rouge qu’en blanc, on retrouve dans les vins cette sensation physique rencontrée dans les peaux.

 

Le prix à payer pour extraire les jus, c’est de faire le pressurage uniquement en mode manuel et  de rester de longues heures devant le tableau de commande.

 

Une vraie relation entre la vigneronne et son raisin…

Partager cet article
Repost0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 12:12

On y arrive.

Les vendanges sont programmées pour demain au Champ des Treilles.

 

Même si les analyses semblaient dire que l’on pouvait vendanger quelques jours plus tôt, la dégustation des baies en se baladant dans les vignes, indiquait que l’on devait encore attendre un peu. Et comme toujours, on a fait confiance à nos sens.

 

Maintenant, il semble que ce soit arrivé à la maturité souhaitée. Les raisins sont dorés à point.

 

 blanc-1.jpg

 blanc-2.jpg

blanc-3.jpg

On va vendanger « au bon rythme » comme on dit.

 

Pour les rouges, il faut attendre encore quelques semaines. Mais la qualité des peaux est très prometteuse.  Malgré les quelques pluies, l’état sanitaire est particulièrement bon.

 

rouge.jpg

 

Bon courage Corinne, dirait ma maman, pour les semaines à venir, dures, intenses mais tellement fortes.

 rouge-2.jpg

Partager cet article
Repost0
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 18:38

Avec le rougissement des grappes, nous commençons à refaire le point sur ce qui reste à réparer ou améliorer dans le chai pour recevoir la future récolte.

 

Je pense que c’est pareil chez tous les vignerons. Quand une chose montre des signes de faiblesse pendant les vendanges ou les vinifications, on fait en sorte qu’elle aille au bout de la saison sans avoir à faire une grosse intervention. Puis on se dit qu’on le réparera dès que le calme sera revenu  dans la place.

Et les mois passent, passent et sans vraiment oublier, on met en sommeil.

Enfin à la veille des vendanges, on redécouvre la réparation qui attend toujours sagement son tour mais qui n’admettra pas une nouvelle année de tergiversations.

 

En me concentrant un peu, je suis capable de donner à Jean-Michel une bonne liste de petites choses pas vraiment vitales mais nécessaires et qu’il faudra remettre en état sans faute avant le mois de septembre.

 

Cependant, la grande nouveauté de l’année, c’est qu’il a voulu apprendre à souder l’inox. Ainsi, pour le prix de quelques fournitures et de temps, on peut avoir des objets ou des équipements qu’on n’aurait jamais pu s’offrir autrement et qui, le moment venu, rendront le travail plus efficace sinon la vie plus facile.


En ce moment, c’est au tour de tous les petits garde-vins, autrefois posé directement au sol ou sur des parpaings, et qui se retrouvent sur des pieds. Plus pratique à vider, plus sain en pouvant nettoyer dessous.

 

Telle une princesse, mes désirs deviennent réalité en quelques coups de meuleuse et de poste à souder.

 

Elle n’est pas belle la vie ?

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 08:33

 Après des semaines de sécheresse, les pluies tant attendues sont arrivées. Avec plus de 40 mm dans la semaine dernière, la vigne a pu reprendre son cycle en partie interrompu par le manque d’eau.

On ne rattrapera pas le manque de végétation ni de récolte mais on pourra quand même envisager de compenser un peu en espérant un petite récolte au lieu d’une récolte minuscule.

 

Devant faire un poudrage et un traitement après ces épisodes pluvieux, nous pensions ne pas pouvoir accéder facilement aux parcelles, réputées « collantes » après une pluie.

 

Mais, contre toute attente, le sol avait absorbé toute l’eau tombée et on pouvait pratiquement marcher dans la vigne en chaussons.

C’est vraiment la preuve que le sol était dans un état avancé de desséchement.

Il a pompé l’eau avec bonheur.

 

La véraison qui peinait à démarrer s’est brutalement accéléré à une vitesse incroyable. Les raisins se sont mis à changer de couleur pratiquement à vue d’œil.

 

La vigne nous étonnera toujours. Elle n’est définitivement pas une plante comme une autre !

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 19:35

 

La chaleur aidant, c’est un calme relatif qui s’est installé dans notre petit domaine en cette phase de début véraison.

Chez nous, on est loin des vignes liftées et aseptisées puisque les effeuillages, vendanges vertes et autres travaux d’été n’ont pas droit de cité.

Plus le temps passe, plus j’éprouve de difficultés à regarder des vignes effeuillées. J’ai même un sentiment d’impudeur qui me gêne profondément.

Nos vignes sont le seul résultat de ce qu’elles sont dans leur cœur et dans leur âme ; sans fard.


Avec les années, elles ont appris à retrouver leur propre identité et à l’exprimer sans que nous ayons besoin de décider à leur place quelle quantité de raisin on doit laisser, combien de feuilles il faut,…

 

Après le traumatisme de la grêle de 2010, notre vigne remonte la pente et les stigmates de cette sinistre période s’estompent peu à peu. Il en reste encore surtout pour les pieds qui n’avaient pas assez de bois de taille pour établir un équilibre parfait.


Les chaleurs extrêmes des 26 et 27 juin ont grillé quelques graines. C’est très disparate entre les parcelles plantées nord-sud et celles plantées est-ouest. Les premières ont subi latéralement le pic de chaleur en fin d’après-midi. Alors que pour les secondes, seuls les bouts de rangs côté ouest ont souffert.


Cela nous rappelle que rien n’est jamais écrit à l’avance et qu’une récolte ne devient une récolte que lorsqu’elle est récoltée, c'est-à-dire qu’elle est dans le chai.

Avant cela, elle reste dans le domaine du potentiel ; et c’est toute la différence !

 

Partager cet article
Repost0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 13:16

 

La chaleur et la sécheresse continuent de sévir sur la région.

Chaque année apporte son lot d’originalités ; cette année, ce sera le soleil du printemps et l’avance de végétation.

Les voisins ont pu faire les foins mais la quantité est très faible.

 

prairie.jpg

Le blé, arrivé à maturité avec lui-aussi trois semaines d’avance, vient d’être moissonné. Je ne sais pas quels auront été les rendements mais ils semblent moins catastrophiques que pour l’herbe dans les prés.

 ble.jpg

Malgré de bonnes conditions de floraison, les mirabelles du jardin sont très clairsemées. On aura assez d’un pot pour les confitures.

 mirabelle.jpg

La vigne est un peu dans les mêmes conditions. Malgré un très beau temps pour la fleur, les grappes sont très lâches.

Pour le moment, elle ne montre pas de signe de stress vis-à-vis de ces conditions exceptionnelles. Elle résiste bien. On peut simplement penser que la sécheresse a calmé une croissance végétative qui aurait dû être plus importante.

 

vigne2.jpgvigne.jpg

Elle reste très belle et fait ma fierté.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 09:35

Et oui, mon Vinexpo perso est terminé.

Il a été conclu hier avec des clients suisses.

Durant cette semaine j’aurai reçu chez moi des représentants de plusieurs continents ; sans oublier quelques français.

 

Evidemment, il y avait en filigrane des relations commerciales à entretenir ou à créer avec tous ces visiteurs.

Mais avant tout, ce furent des moments d’échange, de sincérité et même de franche amitié.

C’est surtout cela qui est important et qui m’incite à continuer d’accepter ce genre de rencontres.


Le vin dans tout cela, c’est à la fois le lien qui nous rapproche à un moment donné et aussi le ciment qui scelle des relations durables entre nous.


Maintenant, il va falloir digérer ces instants forts. J’y repenserai sûrement lorsque dans quelques jours, quand je préparerai les commandes qui seront issues de ces jours de juin.

 

Pour le moment, on va se réoccuper à 100% de la vigne pour lui montrer qu’elle est toujours présente dans notre cœur et qu’elle en est même une des préoccupations principales.

 

C’est fou comme ça peut être jaloux une vigne !!!

 

Partager cet article
Repost0
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 12:31

J’ai peu de temps pour donner des nouvelles détaillées de ma semaine Vinexpo, sans être à Vinexpo.

 

Comme je l’avais dit lors d’un message précédent, j’ai beaucoup de visites sur le domaine en cette semaine particulière. En fait, beaucoup c’est un bien grand mot car au-delà d’un certain point, on ne peut pas recevoir correctement les gens.

Je limite donc le nombre de rendez-vous pour avoir tout le temps d’expliquer notre viticulture et notre philosophie avec visite du vignoble, des chais et l’incontournable dégustation des vins dans la maison.

 

A la fin de la journée d’hier, ma salive commençait à manquer et ma voix avait tendance à montrer des signes de faiblesse.

Il faut dire que les visiteurs du jour, comme la plupart des visiteurs que je reçois, sont très intéressés par la biodynamie et son côté mystérieux. Je m’emploie à en donner une image de logique, l’évidence même.

 

Dans l’immense majorité des cas, c’est une révélation pour les interlocuteurs qui découvrent toute la profondeur de ce qui est bien plus qu’une technique agricole.

Les choses leur parlent d’autant plus qu’un partie de cette culture est encore inscrite en nous, profondément cachée sous des années de certitudes quant au caractère simple et binaire du monde vivant.

 

Ces rencontres sont toujours de grands moments d’échange et de plaisir.

C’est aussi pour cela qu’elles durent si longtemps…

Partager cet article
Repost0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 08:42

 Ce week-end, c’était l’entrée en matière de Vinexpo.

Comme je l’avais dit précédemment, j’avais déjà des visiteurs étrangers sur le domaine.

Ce fut l’occasion de s’échauffer avant une semaine qui devrait être très active sur le front de la promotion de nos vins et de notre projet.

Mes visiteurs ont été charmés par la réception familiale et le charme français et simple de notre intérieur.

C’est tout ce qu’ils attendaient de leur séjour français.

Bien souvent, à Bordeaux on oublie le facteur humain dans la réception des étrangers. Les moyens souvent importants mis dans des détails de qualité, ne remplacent pas la réception naturelle et chaleureuse dans sa propre maison, au milieu de ses meubles.

Mes invités asiatiques n’ont pas démenti leur réputation et leur appareil photo et leur caméra ont chauffé en immortalisant tout ou presque.

Ce fut un moment simple et fort à la fois.

 

Puis, j’ai eu la chance de passer quelques heures avec ma cousine et son mari, de passage dans la région. Je ne les vois pas souvent et c’est pour moi un grand plaisir que de les côtoyer même durant de courts moments.

Ma cousine garde de nombreux traits de caractères, les remarques et des intonations de voix de ma maman disparue il y a plus de deux ans. C’est très surprenant. Parfois, en fermant les yeux, on pourrait  penser qu’il y a maman dans la pièce.

La génétique nous étonnera toujours !

 

La vigne continue son cycle dans la sérénité. Avec le beau temps des derniers mois, il a fallu faire le travail en deux fois mois de temps que d’habitude. Maintenant, on est parfaitement à jour et on peut savourer quelques moments de détente avec des promenades dans les vignes.

JUIN4.jpg 

 

JUIN5.jpg

JUIN6.jpg

Les ceps sont tellement beaux qu’ils donnent presque envie de pleurer.

C’est aussi cela la viticulture de l’émotion !!

Partager cet article
Repost0

le blog de Corinne Comme

En créant ce blog,  je souhaite faire partager une certaine approche de notre métier de vigneron afin de réhabiliter le mot « paysan ». Au-delà de son rôle dans la production de denrées alimentaires, il doit aussi être le gardien d’un savoir ancestral et faire le lien entre la nature, les animaux et l’humanité. Il est l’observateur et le garant des grands équilibres de la vie. C’est une tache prenante et passionnante qui s’accompagne de joies, de peines et de moments de doutes.

Recherche